lundi 28 février 2011

La Promenade aux Canards

Me voilà de retour de la promenade aux canards. Vous ne connaissez pas ? Laissez-moi-vous expliquer.

La Promenade aux canards, plus qu’une activité banale des mes après-midi de desperate housewife, est une notion clé, un principe fondamental. La promenade aux canards consiste en une courte ballade motorisée (poussette à  huile de coude) tous les jours ou presque jusqu’au petit bras de ruisseau où barbotent les canards. Classique, basique, élémentaire me direz vous. Pas tout à fait,  car pour moi, la promenade aux canards a un sens particulier, profond. 


Vous, hommes et femmes actifs / actives, quand vous rentrez le soir, vous avez l’habitude de raconter vos journées, de dire que vous avez fait ça et encore ceci etc. Moi, quand Crômagnon rentre, je n’ai pas toujours grand-chose à raconter (on se lasse vite des : «  j’ai changé sa couche 4 fois aujourd’hui, il n’a pas finit son biberon ce midi et il n’a pas voulu faire sa sieste »). Pourtant, moi je suis comme vous, j’ai besoin de Faire et de Dire pour Etre (si si !). Moi aussi j’ai envie de raconter qu’on a fait ci et ça et encore ça. Je me rabats donc sur la promenade aux canards. Exemple : 

- Bonsoir Chérie, tu as passé une bonne journée ? Qu’est ce que vous avez fait aujourd’hui ?
- On a été se promener jusqu’au petit pont, tu sais là où il y a les canards, c’était sympa.
- Super !

Avouez que ca sonne plutôt bien. Même si en réalité, la conversation avec Crômagnon de retour du boulot, ça donne plutôt ça : 

- Salut, t’as passé une bonne journée ? Attend je file vite aux WC [NDR : SON sas de décompression post professionnel].
- …

[30 minutes plus tard]

- Ouais, donc je disais, t’as passé une bonne journée ?
- Oui on a été se promener jusqu’au petit pont, tu sais là où il y a les canards, c’était sympa.
- Ah ouais… Rho là là, moi au boulot aujourd’hui, j’ai eu une réunion qui… etc etc etc.

Bref,  malgré tout, la promenade aux canards est devenue importante dans mon desperate quotidien. La Promenade aux Canards, c’est l’affirmation de mon Moi, de mon Surmoi et tout et tout.  Même si des canards il y en a juste au fond de notre jardin. Même si Trognon s’en fiche complet des canards. Et moi aussi.

samedi 26 février 2011

« P**ain, on s’est fait battre par les Anglais »

Un samedi après-midi à la maison, chez la Babyole family, en période de Tournoi des Six Nations, ça commence le mercredi précédent, quand subrepticement dans la conversation, Cromagnon déclare : 

- Chérie, samedi il y a le match contre ces **** d’Anglais.

Ça se poursuit le jeudi soir :

- Chérie, samedi il y a le match contre ces*** d’Anglais.
- Mmmh, je sais, tu me l’as dis hier.
- Ah ouais. Mais j’étais pas sûr que tu l’aies entendu.

Vendredi soir, la tension est déjà à son comble. Cromagnon est branché sur le web et passe la soirée à parcourir tous les articles, à décortiquer le moindre pronostic et à déclarer : « P***tain j’espère qu’on va pas perdre contre ces *** d’Anglais. »

Samedi matin, je demande, innocemment : « Qu’est-ce qu’on fait aujourd’hui ? »

La réponse ne se fait pas attendre.

«Comme tu veux, mais à 18H il y a le match contre ( …) ». Je m’arrête là, vous avez probablement saisi  le reste de la phrase.

Samedi à 17h, Cromagnon commence à s’agiter à la maison. Oui à la maison, car depuis midi, Cromagnon n’ose plus s’aventurer dehors, par peur de rencontrer sur son chemin un obstacle ou un danger qui l’empêcherait d’être à 17H30 dans son canapé, devant sa télé. A 17h30, Cromagnon ne tient plus, il allume la télé et décide que Trognon a l’air fatigué et qu’il devrait aller à la sieste. Comme Trognon n’est pas franchement convaincu, Cromagnon tend son enfant chéri à moi, sa femme adorée, en ajoutant pour la forme : « ohhhh tu veux faire un calin à maman. Tu l’aimes fort hein ta maman, elle est belle, elle est gentille ».

A 17H45, Trognon et Princesse Pacotille sont priés de ne plus faire de bruit, ça va être l’heure des hymnes. Je suis sûrement à côté de la plaque, mais je ne comprends toujours pas pourquoi les hymnes sont si importants… Entendre débiter la Marseillaise par une vingtaine de gros gaillards qui chantent comme des casseroles (quand ils ne font pas du playback) ça semble pourtant revêtir un caractère de la plus grande importance. Comme je m’en ouvrais à Cromagnon, il m’a fait cette réponse très explicite : « Tu ne comprends pas, les hymnes c’est super important. Si on loupe les hymnes, c’est même plus la peine de regarder le match ». Ah.

Donc, les hymnes commencent. Trognon et moi, on fait notre vie. On essaie bien de faire diversion mais Cromagnon est incorruptible. Mêmes mes avances de nature libidineuses sont délicatement rejetées (« pousses-toi, je vois plus rien »). J’exagère, Cromagnon n’est pas complètement fermé à la discussion.  Je peux même bavarder avec lui autant que je veux. Je dois juste accepter que ses réponses manquent un peu de cohérence : 

- Tu as vu, Trognon se tient vraiment bien assis maintenant.
- Pffff, c’est vraiment un mauvais arbitrage sur ce match.
- Oui, mais tu as entendu ce que je t’ai dis ?
- Hein ? Oh, là là, ça pue l’essai ça…
- Chéri, tu m’écoutes ?
- Bien-sûr.

Je me plains mais j’exagère. Un match, ça ne dure que deux heures. Or Cromagnon a fait un vrai effort toute la journée. C’est une de ses tactiques, assez astucieuse, je dois l’avouer. Un jour de match et à fortiori un jour de match contre ces *** d’Anglais, Cromagnon se met à astiquer la maison comme jamais. (oui jamais…). Jusqu’à 14h. Après il a besoin de se concentrer. Ca lui permet de clamer haut et fort quelques heures avant le match : « T’as vu comme la maison est propre ? T’as remarqué ? C’est agréable hein une maison propre… » (Là, non, je n’exagère pas).  Je n’ai pas toujours compris pourquoi il faisait autant d’efforts puisqu’il n’attend de toute façon absolument pas mon accord pour regarder le match. Je pense que c’est pour soulager sa conscience. Je n’ai pas d’autres explications.

J’ai toujours trouvé très curieux cette façon de dire « on » en parlant d’une équipe de sport. « ON  leur a mis la pâté », « ON a bien joué », « ON aurait dû gagner sur ce coup là », « ON a pris un carton. » Qui est ce ON qui pratique tous les sports à haut niveau ? Pourquoi ne pas dire « L’équipe de France a bien joué » etc. Pourquoi s’identifier au groupe ?

Je crois qu’aujourd’hui, au vu des efforts déployés par Cromagnon, il a largement le droit de dire « ON ». Lui aussi il se prépare à fond depuis mercredi, lui aussi il a eu une intense préparation mentale, lui aussi il a déployé toute son énergie dès les premières heures de la journée, lui aussi il a su rentrer dans le match dès la première minute.

« P**ain, on s’est fait battre par les Anglais ».

Je suis désolée chéri. Tu méritais de gagner.

vendredi 25 février 2011

Blog à part...

Il y a un moment que l’idée me gratte… Il y a des bouts de fichiers word qui trainaillent sur mon ordinateur. Il y a des tas d’idées et autant d’hésitations.  Il y a eu les encouragements de mon frère. Il y a récemment ma copine Shasta qui s’est lancée  avec  http://skearns.blogspot.com

Aujourd’hui, je prends donc mon courage à deux mains et je me lance, je BLOGGUE  en public !!!

Je n’ai pas grand-chose d’intéressant à dire, je n’ai pas (plus) de vie sociale (ou presque) mais j’aime bien écrire. La longueur des posts sur facebook est un peu frustrante et je crois bien aussi que le Narcisse qui sommeille en moi (comme en chacun de nous hein !) aime bien être lu…

Me voilà donc, je me lance et j’intègre la grande communauté des bloggers… 

Vous n’êtes pas obligés de me lire (il n’y aura pas d’interrogation orale à la fin du cours) et vous n’êtes pas obligés d’aimer (mais vous n’êtes pas obligés non plus de me le dire ! ;-). Les encouragements et les commentaires sont les bienvenus. Si vraiment vous êtes faaaaaaaaaan, vous pouvez vous inscrire pour recevoir des alertes sur les publications du blog et faire suivre à vos amis et les amis de vos amis et tout et tout.

Trou City
Pour commencer, quelques mots rapides pour me présenter.  Jeune Môman de Trognon et Femme émérite de Cromagnon,  je suis actuellement à la recherche d’un emploi. En langage courant, on dit aussi chômeuse à temps plein. Diplômée d’une grande université française (narcisse narcisse), je n’en suis pas moins dans les couches pampers  jusqu’au cou et en attendant de retrouver un jour peut-être un emploi digne de ce nom, je joue le rôle parfait de la Desperate Housewife. Je suis un peu la Lynette Scavo du coin si vous préférez (avec le charme de Gabrielle Solis en plus bien sûr…). J’habite dans une de nos belles régions de France (voilà ce qu’un abus de Pernaut à 13h peut avoir comme effet sur vos neurones), dans un ptit coin de campagne que nous pourrons appeler ici Trou City. Mon mari Cromagnon travaille comme un Génieur, c'est-à-dire qu’il travaille beaucoup, on ne sait pas exactement à quoi, et qu’ il fait vivre le foyer. Le foyer, c’est moi et mon fils de 6 mois, Trognon. Trogon est un petit mignon mignon mignon mignon mignon mais gros… Il est aussi très grognon et allergique aux siestes, ces moments qui parasitent franchement sa journée et laissent sa môman respirer… Il a néanmoins un sourire à faire tomber Angelina Joli et comme tous les deux on est consanguins, je trouve que c’est le plus beau bébé de la planète, de l’univers et du Big Bang.

Je crois qu’on a déjà fait le tour de mon existence, il n’y a pas d’histoires croustillantes à rajouter, je suis affreusement banale, entourée, aimée, heureuse et chômeuse. Si vous avez envie de suivre notre quotidien train train, bienvenue !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...