samedi 26 février 2011

« P**ain, on s’est fait battre par les Anglais »

Un samedi après-midi à la maison, chez la Babyole family, en période de Tournoi des Six Nations, ça commence le mercredi précédent, quand subrepticement dans la conversation, Cromagnon déclare : 

- Chérie, samedi il y a le match contre ces **** d’Anglais.

Ça se poursuit le jeudi soir :

- Chérie, samedi il y a le match contre ces*** d’Anglais.
- Mmmh, je sais, tu me l’as dis hier.
- Ah ouais. Mais j’étais pas sûr que tu l’aies entendu.

Vendredi soir, la tension est déjà à son comble. Cromagnon est branché sur le web et passe la soirée à parcourir tous les articles, à décortiquer le moindre pronostic et à déclarer : « P***tain j’espère qu’on va pas perdre contre ces *** d’Anglais. »

Samedi matin, je demande, innocemment : « Qu’est-ce qu’on fait aujourd’hui ? »

La réponse ne se fait pas attendre.

«Comme tu veux, mais à 18H il y a le match contre ( …) ». Je m’arrête là, vous avez probablement saisi  le reste de la phrase.

Samedi à 17h, Cromagnon commence à s’agiter à la maison. Oui à la maison, car depuis midi, Cromagnon n’ose plus s’aventurer dehors, par peur de rencontrer sur son chemin un obstacle ou un danger qui l’empêcherait d’être à 17H30 dans son canapé, devant sa télé. A 17h30, Cromagnon ne tient plus, il allume la télé et décide que Trognon a l’air fatigué et qu’il devrait aller à la sieste. Comme Trognon n’est pas franchement convaincu, Cromagnon tend son enfant chéri à moi, sa femme adorée, en ajoutant pour la forme : « ohhhh tu veux faire un calin à maman. Tu l’aimes fort hein ta maman, elle est belle, elle est gentille ».

A 17H45, Trognon et Princesse Pacotille sont priés de ne plus faire de bruit, ça va être l’heure des hymnes. Je suis sûrement à côté de la plaque, mais je ne comprends toujours pas pourquoi les hymnes sont si importants… Entendre débiter la Marseillaise par une vingtaine de gros gaillards qui chantent comme des casseroles (quand ils ne font pas du playback) ça semble pourtant revêtir un caractère de la plus grande importance. Comme je m’en ouvrais à Cromagnon, il m’a fait cette réponse très explicite : « Tu ne comprends pas, les hymnes c’est super important. Si on loupe les hymnes, c’est même plus la peine de regarder le match ». Ah.

Donc, les hymnes commencent. Trognon et moi, on fait notre vie. On essaie bien de faire diversion mais Cromagnon est incorruptible. Mêmes mes avances de nature libidineuses sont délicatement rejetées (« pousses-toi, je vois plus rien »). J’exagère, Cromagnon n’est pas complètement fermé à la discussion.  Je peux même bavarder avec lui autant que je veux. Je dois juste accepter que ses réponses manquent un peu de cohérence : 

- Tu as vu, Trognon se tient vraiment bien assis maintenant.
- Pffff, c’est vraiment un mauvais arbitrage sur ce match.
- Oui, mais tu as entendu ce que je t’ai dis ?
- Hein ? Oh, là là, ça pue l’essai ça…
- Chéri, tu m’écoutes ?
- Bien-sûr.

Je me plains mais j’exagère. Un match, ça ne dure que deux heures. Or Cromagnon a fait un vrai effort toute la journée. C’est une de ses tactiques, assez astucieuse, je dois l’avouer. Un jour de match et à fortiori un jour de match contre ces *** d’Anglais, Cromagnon se met à astiquer la maison comme jamais. (oui jamais…). Jusqu’à 14h. Après il a besoin de se concentrer. Ca lui permet de clamer haut et fort quelques heures avant le match : « T’as vu comme la maison est propre ? T’as remarqué ? C’est agréable hein une maison propre… » (Là, non, je n’exagère pas).  Je n’ai pas toujours compris pourquoi il faisait autant d’efforts puisqu’il n’attend de toute façon absolument pas mon accord pour regarder le match. Je pense que c’est pour soulager sa conscience. Je n’ai pas d’autres explications.

J’ai toujours trouvé très curieux cette façon de dire « on » en parlant d’une équipe de sport. « ON  leur a mis la pâté », « ON a bien joué », « ON aurait dû gagner sur ce coup là », « ON a pris un carton. » Qui est ce ON qui pratique tous les sports à haut niveau ? Pourquoi ne pas dire « L’équipe de France a bien joué » etc. Pourquoi s’identifier au groupe ?

Je crois qu’aujourd’hui, au vu des efforts déployés par Cromagnon, il a largement le droit de dire « ON ». Lui aussi il se prépare à fond depuis mercredi, lui aussi il a eu une intense préparation mentale, lui aussi il a déployé toute son énergie dès les premières heures de la journée, lui aussi il a su rentrer dans le match dès la première minute.

« P**ain, on s’est fait battre par les Anglais ».

Je suis désolée chéri. Tu méritais de gagner.

3 commentaires:

  1. Énorme! Nous aussi "on s'est fait battre"!!
    Sympa de te lire, j'ai l'impression que tu me racontes ta vie au tel! Bisous à toi Calimero, à ton CroMagnon et à ton Trognon (il est pas gros, il se porte bien!). Signé "la fornicatrice" ;)

    RépondreSupprimer
  2. Enorme ma lynette scavo préférée! Tout ça m'a donné envie de venir voir comment ça se passe à Trou Ville! Gros bisous à trognon et cromagnon, et un tout particulier pour toi qui me manque beaucoup! J'espère que ces nouvelles (ça va être plus pratique pour suivre!) ne m'empecheront pas de t'appeler d'ici peu ;) En tout cas tu cachais bien ton talent!

    RépondreSupprimer
  3. Merci les filles !
    La fornicatrice, c'est gentil de me rassurer !!! Steph, Troucity n'attend que toi ! On s'appele vite !
    Gros gros bisous !

    RépondreSupprimer

Toujours un plaisir de vous lire...!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...