mercredi 30 mars 2011

Et l’on pendouilla Pierre...

Régulièrement, on entend des critiques sur la violence des paroles de la Marseillaise.  « (…)égorger vos fils vos compagnes», « Qu’un sang impure abreuve nos sillons » etc. etc. 

Il paraît en effet qu’il y a des instits qui ont du mal à expliquer à l’école à nos marmots pourquoi : on-est-le pays-de-la-Liberté-et-tout-ça-et-tout-ça-même-si-on-a-un-hymne-limite-xénophobe-mais-il-faut-y-remettre-dans-le-contexte-où-c’est-qu’il-y-avait-des-méchants-qui-nous-opprimaient-et-tout-et-tout.

En fait, moi je pense pas que la Marseillaise choque nos gosses. Non. Parce qu’ils sont habitués depuis le berceau à bien pire. On les connait tous. On s’est fait bercer avec, on les a eu en disque vinyle pour les plus chanceux et le jour où c’est à notre tour de chercher le bouton off du bébé hurleur, c’est à elles qu’on pense en premier (faute d’y avoir réfléchi auparavant hein!).


Qui ça «ELLES » ?




Les douces chansons et berceuses de notre répertoire français à destination des gnomes  de la nation. 

Voilà pourquoi, pendant des mois, faute d’avoir du temps pour trouver mieux, j’ai endormi Trognon avec Le petit âne gris. Mignon hein le petit âne gris en Provence qui travaille dur (serait pas sponsorisé par l’UMP lui ?!).  Mignon tout plein effectivement. Presque jusqu’à la fin. Quand il crève tout seul dans son étable parce que tout le monde s’en fout de sa vieille carcasse (en même temps, est-ce qu’il avait cotisé à la sécu ?).

Extrait : 

« Cette vie honorable
Un soir s'est terminée
Dans le fond d'une étable
Tout seul il s'est couché
Pauvre bête de somme
Il a fermé les yeux
Abandonné des hommes
Il est mort sans adieu. »

Maintenant que j’y pense, je me demande si les problèmes de sommeil de Trognon viennent pas de là…

Pas convaincus ? J’en ai plein d’autres en stock des jolies chansons.

Vous êtes prêts pour un peu d’hémoglobine et de brutalité gratuite ?

D’abord il y a toutes les jolies chansonnettes  sur le  thème de la guerre (c’est mignon hein la guerre !) : 

Ah les crocroco ! C’est la favorite de Trognon. Surtout quand son papa lui chante. Pour les néophytes, ca commence comme ça « un crocodile s’en allant à la guerre disait au revoir à ses petits enfants » (oui en + c’est un retraité le crocroco). Bon, pour résumer, ç’est un crocodile qui veut aller casser la gueule à ses ennemis les éléphants et quand il les voit, il a la trouille et il se jette dans la rivière (l’histoire ne dit pas si il survécu). Là, j’ai pas encore trop compris la morale de l’histoire.

Dans la même catégorie guerrière, on a  Malbrough s’en va en guerre. Beaucoup plus ancienne (18ème siècle, on sait se renouveler dans les chansons pour enfants) mais pleine de romantisme. Dommage d’ailleurs que cette chanson n’est pas gardé son titre original : Mort et convoi de l'invincible Malbrough. C’était plus explicite au moins. Ca raconte comment Malbrough s’en va en guerre, comment sa bonne femme l’attend, comment elle apprend du haut de sa tour qu’il est mort « est mort et enterré », et comment s’est passé son enterrement. Mironton Mironton Mirontaine…

Après, il y a la catégorie des chansons carrément trop horribles. Number one : Sur le pont du Nord. Donc, il y a un bal sur le pont du nord et Adèle veut y aller. Sa mère veut pas. Et du coup, son frère l’emmène en cachette (class le frangin). Jusque là ça va, on se dit qu’ils vont se faire disputer et tout et tout. En fait non, c’est juste que le pont du Nord s’écroule et les deux gosses meurent noyés. Heureusement, là il y a une morale, je cite : « voilà le sort des enfants obstinés ». Vous aviez l'habitude de menacer vos enfants en disant : "si tu n'es pas sage, le Père-Noël ne t'amènera pas de cadeaux". Ça ne marche pas ? Essayez : "si tu n'es pas sage, tu vas mourrir noyé comme Adèle". Peut-être un peu traumatisant mais sûrement plus efficace !

Dans le même genre, on a aussi Il était un petit navire.  Je cite Wikipédia :  Il était un petit navire est une chanson traditionnelle française de marins français à présent considérée comme une chanson enfantine, malgré son ton macabre. » Par ton macabre, je pense qu’ils font allusion au contenu (qu’on oublierait presque avec le ton guilleret de la chanson). Donc, sur le navire ils ont plu rien à manger et du coup les marins décident de bouffer un môme, le mousse. Oui oui, Hannibal Lecter au berceau. Toute la chanson porte sur la discussion des marins pour savoir comment le manger (frit ou fricassé). Bon, tout est bien qui finit bien car le petit mousse prie la Vierge Marie qui donne plein de poiscaille à manger aux marins et du coup, il survit. Ouf !

Enfin, et pour terminer, une de mes favorites qui doit se faire retourner Simone de Beauvoir dans sa tombe : Ne pleure pas Jeannette.  La belle Jeanette doit être mariée avec le fils d’un prince ou d’un baron et voilà que la mijorée n’en veut point et préfère son Pierre qu’on a foutu en taule. La Jeannette se rebiffe et du coup, on la prévient que si ça continue, on va le pendre son Pierre. Ni une ni deux, Jeanette déclare que dans ce cas, elle préfère être pendue elle aussi. La chanson termine comme ça : "Et l’on pendouilla Pierre et la Jeannette avec". Il y a bien une morale en filigrane. Un poil vieux jeu mais une morale quand même.

Bon vous me direz, il y en a des mignonnes. Par exemple J’ai du bon tabac  qui doit dater de l’époque où ce n’était pas encore obligatoire d’écrire : « fumer tue » sur les paquets de cigarettes. Ou  encore le fermier dans son pré. Dans cette dernière, tout va bien, car le "le fermier prend sa femme". (J’adore les illustrations des livres d’enfants où on les voit se donner la main).

 Je terminerais avec le Petit Cordonnier. Vous ne la connaissez pas ? Dommage ! C’est un petit cordonnier qui fait des supers chaussures. Et le soir il va dans un cabaret…

«Puis il allait au cabaret,
Sa petite goutte, il buvait
Il la buvait si juste…
Quand à la maison il rentrait
Sa petite femme, il battait
Il la battait si juste
Et le soir pour la consoler
Sa petite femme, il embrassait
Il embrassait si juste. »

Allez tous à vos chansons ! C'est en chantant qu'on forme la jeunesse de demain !

2 commentaires:

  1. je crois que c'est celui qui m'a fait le plus rire depuis le début! mais vraiment, au point que mon chat ait relevé la tête avec un air de "qu'est ce qu'elle a celle-là à rire toute seule?"... T'as vraiment du talent, t'abuses même de pas nous l'avoir dit plus tôt!

    RépondreSupprimer
  2. Merci Steph ! Ca fait chaud au coeur ! C'est très gentil et en tout cas, je suis bien contente de t'avoir fait rigolé (prochain défi : faire rire ton chat !). J'ai toujours bien aimé écrire mais avant z'osais pas en public...

    RépondreSupprimer

Toujours un plaisir de vous lire...!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...