samedi 5 mars 2011

Tu te lèves ?

Nous en avons tous en tête de ces petites choses désagréables qu’on laisse traîner jusqu’à ce qu’on se retrouve acculé. Ces petits riens dont on sait qu’on doit s’occuper mais  qu’on repousse à plus tard. Ces choix qui attendent de notre part une décision et qu’on feint d’ignorer. 

Chez les Babyoles, c’est un phénomène récurrent. Mais le plus célèbre et le plus classique de ces « on verra plus tard », a pour objet les réveils matinaux de Trognon.

Trognon est né à l’époque du sarkozysme, de la France d’en haut et d’en bas, des heures sup. et du “travailler + pour gagner moins”. Et il l’a parfaitement intégré… Il sait lui que l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt. Il n’a pas peur des heures sup. , même le weekend…
D’ailleurs, Trognon met un point d’honneur à se réveiller le weekend encore plus tôt que la semaine.  On a tout essayé, les négociations à l’amiable, l’intimidation, les revendications salariales, la recherche du consensus, les grèves, les pots de vin (« si tu te rendors, t’auras le droit à une double compote ET à un boudoir »)… Je dois même vous dire qu’on a essayé de le rouler : « C’est encore le tout début de la nuit Trognon, il faut se rendormir… »

Rien n’y fait. Notre fils est incorruptible. Tous les samedi matin il se réveille une demi-heure plus tôt que d’habitude… Et d’habitude, c’est déjà très tôt. Fut une déjà lointaine époque, on sautait tous les deux du lit en panique, attendris et apeurés dès qu’on l’entendait soupirer. C’était il y a longtemps. Maintenant, on enfouit la tête sous l’oreiller en essayant de faire comme si de rien était. En jeunes parents débutants, on a fait l’erreur monumentale de mettre sa chambre à côté de la notre. Donc on l’entend. On a bien sûr rangé les babyphones, ces instruments du diable, depuis bien longtemps, mais on l’entend quand même. En tant que couple uni et harmonieux (si si bien sûr, la naissance d’un enfant ne bouscule paaaaas du tout l’équilibre du couple !) on a décidé d’un commun accord de préserver le sommeil d’au moins un de nous deux. Il faut donc que l’autre se lève pour venir à la rescousse de Trognon.

Le nœud du problème, il est là. La voilà la décision qu’on reporte indéfiniment et qu’on ose même plus aborder le vendredi soir. QUI ? Qui va se lever à 6h du mat demain matin ? Qui va devoir jouer avec le chat musical et le mickey parlant à 6H15 ?

Faute d’entente préalable, cette discussion de couple a toujours lieu le samedi matin aux premiers pleurs de Trognon :

- Mmmmmh….Tu te lèves ?
- Mmmmmmmh…
- Je me lèverais demain.
- Mmmmmh, mais… Pffff…
- Bon tu te lèves ?

Il n’y a vraiment rien à faire. Prendre patience. Savoir qu’un jour, l’heure de la revanche sonnera. Un jour ce mignon petit bébé va se transformer en grand ado vilain vilain. Et fort à parier qu’il sera alors un adepte des grosses grasses mat… On verra qui va rire le dernier…

2 commentaires:

  1. coucou mon élo!! comment vas tu? plus de nouvelles surle blog, j'espère que ça va pour toi et tes deux hommes. je crois que tu avais un concours il y a pas longtemps non?ça a marché? je t'appelle bientot!gros bisous!!mel

    RépondreSupprimer
  2. Coucou ! Oui oui ca va bien, mais beaucoup beaucoup beaucoup de choses à faire ces derniers temps et des grandes nouvelles... Je te racontes tout ça très vite ! Gros bisous à vous 3 !

    RépondreSupprimer

Toujours un plaisir de vous lire...!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...