lundi 11 avril 2011

Vous faites partie du magasin ?

La séparation avec Trognon approche. J’ai le cœur un peu plus serré chaque jour. Mais il y a aussi des moments où je me dis que ça va me faire du bien. Quand par exemple, je me bagarre avec lui pour lui faire faire la sieste (c'est-à-dire tous les jours) et que je sais maintenant, que ça sera la nounou qui devra s’y coller. Ou quand je vois Cromagnon rentrer du travail presque frais, mais en tout cas, vraiment dispo pour son petit monstre qu’il n’a pas entendu hurler toute l’après-midi. 

Ou quand je me rends compte que je suis peu à peu en train de me transformer en fermière au foyer. Quand on sait qu’on ne va pas sortir de la journée, qu’en principe, on ne va croiser personne dans sa propre maison. Au mieux la factrice si elle a un colis à déposer, (non non non, je n’ai pas fais de commandes sur internet juste pour pouvoir discuter avec la factrice). Quand on sait qu’on va se faire régurgiter dessus tout au long de la journée, que Trognon se fiche de savoir si vous êtes maquillée (de toute façon, il vous en laisse pas le temps) et que Cromagnon à son retour sera trop fatiguée pour remarquer que vous ne vous faites plus jamais de brushing… Bref, quand on commence à oublier qu’on était une femme avant d’être une maman, on finit par se laisser un peu aller côté présentation, alimentation, vestimentation et tout et tout.

Hier, j’ai eu un rappel cinglant en allant acheter deux trois sachets de graines dans une jardinerie. J’étais vêtue d’un teeshirt bordeaux  ayant appartenu il y a longtemps à Cromagnon et d’ un vieux pantalon kaki très très confortable, mais très très défraîchi,  les cheveux pas vraiment coiffés (mais où est passée la brosse à cheveux ?!). J’ai hésité un quart de seconde avant de partir. Je me change ? Pfff… Non… Pas le temps… Et puis je connais personne de toute façon dans le coin.

Me voilà partie, toute « élégante »… Arrivée dans le magasin, je marche d’un pas pressé vers le rayon qui m’intéresse (oui, les mamans marchent toujours d’un pas pressé !). Tout à coup, un charmant monsieur m’interpelle « bonjour ». Je le regarde surprise, et il continue hésitant : 

- Vous faite partie du magasin ?
- …

 [Ça m’a coupé le sifflet.]

- Bah non, je réponds, en le regardant un peu de haut. (quand même !)

Et là, le monsieur insiste. (si si !)

- Ah vous en avez l’allure pourtant.

Ca m’a recoupé le sifflet. Carrément ! J’ai du faire une tête de six pieds de long parce qu’il a essayé de se rattraper maladroitement. TRES maladroitement.

- Enfin, euh, je veux dire, vous ressemblez à une jardinière.

Je n’ai même pas su quoi répondre. J’ai pris mes trois graines et je me suis carapaté bien vite avant qu’on me demande si il y a bien une promo sur le rayon outillage…
 J’en rigole encore parce que même si c’était très vexant (si si…), il avait quand même sacrément raison ! Alors tout compte fait, je crois qu’il est largement temps pour moi de réintégrer le monde extérieur. Vraiment !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Toujours un plaisir de vous lire...!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...