lundi 30 septembre 2013

Les castes de l'école maternelle

Le système de castes est toujours en vigueur. A l’école maternelle. Je sais, au 21ème siècle, c’est un scandale. Mais c’est comme ça.

J’ai mis quelques jours à m’en apercevoir mais à présent, c’est bien clair et je vous propose un petit décryptage pour vous permettre, un jour, de vous y retrouver.


Premier groupe facilement identifiable :  le gang des… NOUNOUS ou les « ZAssMat » en langage codé. Reconnaissables grâce à leurs poussettes doubles, elles sont toujours bien en avance devant la porte d’école et se regroupent en bande en attendant l’ouverture. En jetant un œil discret sur la progéniture de moins de 3 ans qui leur a été confié, elles bavardent entre elles en vieilles habituées. Signe distinctif, les nains sous leur garde sont appelés des « Ptits » et elles râlent régulièrement sur les mamans qui ont mis des vêtements trop légers aux « ptits » ou qui ont oublié de donner la photo réclamée par l’école. Elles se penchent sur votre berceau et sont capables d’estimer en deux secondes l’âge de votre bébé.

Viennent ensuite les MAF dont je fais partie. Les MAF ou Mères Au Foyer sont reconnaissables à leurs vêtements : jeans, baskets, veste ou sweat à capuche, queue de cheval ou pas de coiffure du tout. La MAF n’a pas le temps de se faire un brushing et trouve que les baskets, c’est plus confortable que ces saloperies à talon. Les MAF sont souvent en retard. Pourtant, bordel, elles n’ont rien à foutre nan ? Elles arrivent  d’un pas pressé ou carrément en courant pour récupérer leurs nains.  Si par malheur les portes sont encore fermées, la MAF se paie le luxe de vérifier l’heure et de balancer : « Tiens, ils sont en retard ! ». La MAF est souvent enceinte ou trimballe des enfants plus jeunes. C’est ce qui explique son statut de MAF.

La MAF 1ère année se distingue des autres MAF parce qu’elle ne connaît personne.  Elle se tient donc un peu à l’écart et n’a d’yeux que pour son moufflet à elle. Elle essaie de l’apercevoir derrière la vitre embuée de la classe pour voir comment il survit loin d’elle. La MAF 1ère année a l’air sur ses gardes et n’a pas encore capté toutes les règles scolaires. 

Les MAF plus expérimentées sont moins en retard parce qu’elles trouvent top de pouvoir se retrouver 5 minutes devant l’école et profiter d’une conversation adulte avant de se farcir les récits passionnants des aventures du bac à sable et d’entretenir de longues conversations sur les chevaliers, les princesses et les dinosaures avec leurs mouflets. Les MAF expérimentées sont à l’aise à l’école et n’ont pas besoin de se casser le dos en mettant leurs chaussons à leurs nains, ils savent faire tout seuls. Les MAF connaissent toutes les maîtresses et échangent volontiers commentaires et potins : « ta fille est avec qui cette année ? », « ça se passe beaucoup mieux cette année avec la remplaçante, si seulement on pouvait la garder » etc. que les MAF 1ère année écoutent attentivement pour essayer de savoir un peu plus dans quel pétrin elles ont foutu leurs gamins.

Autre catégorie : les Working Mums. Pour croiser une Working Mum, il faut venir tôt le matin ou tard le soir, de préférence aux horaires de garderie. La Working Mum est encore plus pressée que la MAF. Elle maîtrise le fonctionnement du carnet de liaison et s’échange des tas de petits mots doux avec la maîtresse. La Working Mum contrairement à la MAF, est toujours bien habillée. Elle connaît moins bien les locaux parce qu’elle n’y traine pas souvent sa bosse et coche presque toujours « indisponible » pour l’accompagnement des sorties scolaires en se disant que c’est un boulot pour les MAF.

Enfin, tout en haut de l’échelle : les Déléguées. Les Déléguées ont été investies d’une mission divine pour venir en aide aux autres parents simples mortels.  Les Déléguées sont investies et working or not working, elles savent tout, absolument tout, sur l’école. Les Déléguées agissent en bandes et déambulent dans l’école en terrain conquis. Elles y reviennent même le soir, quand les nains ont déserté. Elles connaissent tout le personnel scolaire, discutent avec les enseignants d’autre chose que de leur propre marmot et échangent des souvenirs nostalgiques de la dernière kermesse. Les Déléguées n’ont peur de rien : ni de l’Inspecteur, ni de la Mairie, ni de l’Education Nationale. Pour vos enfants et les leurs, elles se battront jusqu’au bout. Les Déléguées ont leurs heures de gloire : lors de la réunion de rentrée où elles se présentent aux autres parents et lors des élections de parents d’élèves en début d’année où elles sont Elues. Parfois parmi les Déléguées, on rencontre des hommes. Ils sont alors élevés au statut de dieux vivants et adulés par les co-déléguées femmes (hommes célibataires, il y a un créneau à saisir).

Bien que très différentes, ces castes socio-scolaires cohabitent et se mélangent parfois pour la bonne cause… Celle de leurs marmots morveux. Oui, parce que c'est quand même ça leur point commun : à peine l'ont-elles récupéré, qu'elles essuient toutes tendrement la morve qui coulent librement du nez de leur chérubin.


(Et les hommes me direz-vous ? Il y en a… Mais force est de constater que devant les grilles de l’école, ils ne constituent pas la population dominante….)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Toujours un plaisir de vous lire...!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...