mercredi 16 octobre 2013

Enfermé...

C'est le genre de trucs qui doit t'arriver au moins une fois dans ta vie. Sinon, t'es pas un vrai "parent". C'est comme le jet de pipi des bébés garçons sur ton teeshirt, le filet de vomi dans le cou (communément appelé régurgitations pour faire plus poli), les traces de crotte sur le dos de ta main quand tu changes la couche,  la tête de bébé qui cogne sur la portière quand tu l'installes dans son siège auto, la crotte qui flotte dans l'eau du bain, etc.

C'est un "must have" de l'enfance.

Aujourd'hui, ça y est, je suis heureuse, il l'a fait... ! A 3 ans et 2 mois, Trognon a validé une nouvelle étape de l'emmerdement maximum de la petite enfance.

Tout à commencé à midi. Un midi de jour d'école où comme tous les midis de jour d'école, Trognon était tendu comme un string !

Comme il ne voulait pas manger ce que je lui avais délicatement préparé réchauffé au micro-ondes et qu'au passage, il a renversé la moitié de son assiette par terre, Trognon a fini au coin. Le coin chez nous, c'est dans le couloir, devant la porte d'entrée. Pour éviter de perdre l'ouïe et ne plus entendre ses cris de cochon égorgé, j'ai fermé la porte de la cuisine. J'ai débarrassé la table, passé l'aspirateur pour nettoyer les dégâts et sur ma lancée, j'ai rouvert la porte de la cuisine pour passer un coup dans l'entrée également. Je me suis aperçue que Trognon n'était plus là. Je me suis dis qu'il avait dû monter dans sa chambre ou se vautrer dans le canapé et j'ai pensé : il ne perd rien pour attendre. J'ai fini mon brin de ménage et rangé l'aspirateur. Puis je l'ai appelé. Pas de réponse. Je suis passée dans le salon. Il y était pas. J'ai appelé encore une fois. Pas de réponse. J'ai commencé à flipper. Sa sœur s'est mise à pleurer et je suis revenue dans la cuisine pour la prendre dans les bras. Au passage, un détail a attiré mon attention. La lumière allumée dans les WC. Mon regard s'est arrêté sur l'encadrement illuminé et puis mon cœur a loupé un battement.

Le verrou.

Enclenché.

Bêtement j'ai essayé de tourner la poignée et je l'ai appelé : " Trognon, t'es là" ? J'ai entendu un petit "oui".

"Bah ouvre alors !" je lui ai répondu, en pensant "PNMLD, on y est, il s'est enfermé".

"J'arrive pas" il a répondu en essayant de tourner la poignée.

"Nan, le petit verrou ! Là, sous la poignée, est-ce que tu le vois ? Juste dessous ? Essaie de  le tourner !".

Je me suis sentie comme dans Fort Boyard, en train de trépigner devant une porte fermée pour délivrer un nain, sauf qu'à la fin, il y a pas de boyard à gagner, juste du fric à perdre si on doit défoncer la porte pour le faire sortir...

Ma clepsydre à moi, c'était le temps qu'il allait mettre avant de paniquer...

"J'y arrive pas maman".

OK. On reste calme, on respire un grand coup. C'est déjà arrivé à pleins de parents et j'ai jamais entendu parler de nain noyé dans la cuvette des WC, je vais trouver une solution.

"Bon Trognon, essaie encore, moi je vais chercher une idée  pour te faire sortir"...

Comme l'inspiration divine ne venait pas, j'ai sorti mon joker : "appelle un ami"... J'ai tenté de joindre le Cromagnon. Qui n'a pas répondu. Je me doutais qu'il devait être en réunion. J'ai recomposé aussitôt le numéro une deuxième fois. C'est un code entre nous. Ca veut dire "décroche bordel ça urge !". Il a décroché. J'ai entendu un brouhaha de réunion et lui qui chuchotait : "j'peux pas te parler là je suis en réunion". J'ai répondu : "ouais, mais j'ai un GROS problème !" avec un ton dramatique pour qu'il prenne conscience de l'urgence de la situation...

"Qu'est-ce qui se passe ?"

"Trognon s'est enfermé dans les cabinets."

"Ah, effectivement..."

"Je sais que tu peux pas faire grand chose depuis ton boulot... Mais t'aurais pas une idée de ce que je pourrais faire... Je sais absolument pas quoi faire... HELP! SAUVE MOI! A L'AIDE AU SECOURS !

"Il est en haut ou en bas ?"

"En bas"

"C'est une clé ou un verrou ?"

"Euh un verrou"...

"OK, t'as de la chance, tu dois pouvoir faire tourner le verrou avec un tournevis ou la pointe d'un couteau depuis l'extérieur"...

"Pinaise.... Pourquoi j'y ai pas pensé ! OK merci... Je te rappelle si j'y arrive. Si j'y arrive pas aussi d'ailleurs..."

J'entend Trognon derrière la porte : "Maman, papa va venir du boulot me faire sortir ?"...

"Non mon cœur, je vais y arriver toute seule OK".

"Ah..." J'entend le scepticisme affiché de ce foutu nai
n enfermé et un peu vexée je vais farfouiller dans le garage pour trouver un tournevis, Cracotte sous le bras.

Le premier que je ramène est trop gros et le doute m'envahit : vais-je réussir à sauver le soldat Ryan ?

Le deuxième est pile la bonne taille et hop, un petit tour, sésame ouvre-toi et voilà le Trognon libéré !

Merci St Cromagnon !

Bilan de l'histoire :

- Trognon n'a pas paniqué et s'est fait disputer deux fois : une fois pour s'être enfermé et une deuxième fois pour avoir déroulé tout le papier wc pendant que j'essayais de le sauver...

- Il vaut mieux installer des verrous sur les portes que des clés.


- Je n'aurais pas dû passer l'aspirateur. Ca m'aurait permis d'entendre que le Trognon ne pleurait plus et que c'était louche. Je le savais, le ménage c'est pas bon pour la santé!

2 commentaires:

  1. hey !!!! wahou !!!! j'en ai eu les poils qui se sont dréssés !!!!!!!! j'étais a fond !!! "trooooooognon !!! tu es ouuuuuu???" "mais ouiiiiii !!!! vas y CROMAGNON A RAISON PRENDS LE TOURNEVIS !!!!" rooooo ça a du faire des émotions tous ça !!! qu’est-ce que tu raconte bien....... gros bisous mon elo. mel

    RépondreSupprimer

Toujours un plaisir de vous lire...!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...