mercredi 25 février 2015

#Mêmepaspeur 1

Inauguration d'un nouveau rendez-vous du mercredi, le fabuleux jour des enfants : le "Mêmepaspeur"... Une photo par semaine pour illustrer toutes ces choses un peu débiles et légèrement ridicules ou clairement déraisonnables que l'on est amené à faire parfois en élevant des gnomes. 

#Mêmepaspeur 1:

Installer un énorme ours en peluche avec un crocodile entre le siège auto de ses enfants pour une promenade en voiture... Et prier pour ne croiser le regard de personne au feu rouge ou ne pas subir de contrôle routier.

mardi 24 février 2015

10 choses à savoir avant de commencer une activité manuelle

peinture

Ici,  on ADORE les activités manuelles... Alors on s'y met souvent. Avec Trognon surtout, car Cracotte est encore un peu jeune, même si elle commencé à y mettre le nez et à pimenter les après-midi peinture... Et c'est moi qui m'y colle car Cromagnon sait à peu près autant manier un pinceau que piloter un A380.

Trognon est très demandeur, mais après son entrée à l'école, il n'a plus voulu approcher un feutre pendant plusieurs mois de peur qu'on lui demander de tracer encore 2 ronds et 1 soleil. Pour que Trognon s'amuse, il faut donc que l'activité manuelle soit la moins scolaire possible et ça tombe bien, on est pas à l'école ici !

Voilà donc en exclusivité mes 10 supers conseils "activités manuelles non scolaires"...

1. Tentez d'évaluer en amont le temps passé sur l'activité prévue. Vous y êtes ? Maintenant, divisez-le par 2. Voilà, vous êtes plus proche de la réalité.

2. Tentez d'évaluer en amont le temps que vous passerez à installer puis ranger, ramasser, nettoyer, etc. Vous y êtes ? Maintenant, multipliez le par 2. Voilà, vous êtes plus proche de la réalité.

peinture-enfants


3. Assurez-vous que vous avez tout ce qu'il faut, avant de commencer. Il sera nettement plus difficile de partir à la recherche du tube de colle une fois que vous aurez les doigts pleins de peinture.

accessoires pâte à modeler
Voilàààààààààààà... On a tout là les enfants hein !

4. Ne vous attendez pas à ce que votre chérubin fasse quelque chose de beau. Ça sera moche. Soyez-en convaincu dès maintenant, ça vous évitera de l'abreuver de conseils et de finir par faire à sa place, sous son œil boudeur. Si vous êtes persuadés de pouvoir faire quelque chose de beau avec 3 rouleaux de papier WC et 2 tubes de gouache, et bien, faites-le vous même et en même temps que lui. Ça lui laissera le champ libre pour faire sa merveille de son côté en toute tranquillité pendant que vous êtes occupé.

poterie enfants
Oh c'est beau ça... ! Bravo mon cœur... Mais... C'est quoi ???????

5. On vient de le dire, ça sera moche. Essayez dès le début de négocier avec Micro-Picasso le refourguage d'œuvre d'art : "oh, c'est bientôt l'anniversaire de tatie / tonton / parrain / marraine / papi / mamie / le chien... et si on lui offrait pour lui faire plaisir ?!".  Ici ça ne marche jamais et leurs chambres ressemblent parfois à une salle d'expo des horreurs, mais ça vaut le coup de tenter. 

dessin gommettes enfants
Il est super ce dessin Cracotte. Et si on l'offrait à Mamie ?!

6. Achetez la peinture en gros pots, ça coûte moins cher. Mais planquez les réserves et ne proposez à votre virtuose du pinceau qu'une quantité raisonnable. Si il voit les gros pots, il en voudra + et encore + et vous finirez avec vos pots vides et un Picasso barbouillé qui déclarera qu'en fait, il en a marre après avoir utilisé un dixième de sa peinture.


pots-de-peinture
C'est du vécu...

7. Apprenez à aimer le marron. Et abandonnez dès maintenant l'idée de garder de la pâte à modeler bleue, verte, rouge etc. Quoi que vous fassiez, quels que soient les efforts fournis pour sauvegarder vos petits pots séparés, la pâte à modeler finira unicolore dans une teinte oscillant entre le marron et le vert kaki. Acceptez le dès maintenant et vous gagnerez en sérénité. Le nain créateur lui s'en fout. La même chose vaut pour la peinture.

pâte-à-modeler


8.  Attendez que Minuscule ait le dos tourné pour donner le coup de pinceau manquant à son œuvre ou la touche de colle qui évitera à sa structure de s'écrouler. Ne refaites pas entièrement à sa place, il s'en rendrait compte. Mais ne vous privez pas d'ajouter discrètement votre touche finale pour éviter le massacre et la déception au moment du séchage.

9. Le temps de concentration du morpion est limité. Prévoyez donc de scinder l'activité en plusieurs phases et dites-lui tout de suite :  on finira plus tard. Ca présente l'avantage de pouvoir vous occupez pour plusieurs semaines. Après tout, Michel-Ange n'a pas peint la chapelle Sixtine en une après-midi.


peinture-marées-noires
Trognon est un vrai artiste sensible à la protection de la biodiversité.
Il peint de magnifiques marées noires....

10. Imaginez que vous êtes dans un atelier d'artiste. Oubliez que c'est votre cuisine et qu'il est en train de vous la pourrir. De toute façon, rien, absolument rien, ne vous sauvera de la corvée ménage à la fin, pendant que Picasso, débarrassé de sa blouse et les mains à peu près propres, tournera autour de vous comme une mouche en pleurnichant qu'il ne sait pas quoi faire maintenant...

peinture-avec-les-enfants-bazar


Et si vous êtes en panne d'inspiration, je vous laisse ma petite sélection de sites gratuits et pleins de bonnes idées d'activités manuelles et super créatives ! (c'est juste une sélection, il y en a beaucoup d'autres... J'attends vos bons plans !)

Tête à modeler :    Des coloriages à imprimer, des bricolages en pagaille, des activités bébés, enfants... C'est TJE référence.

Jeux et Compagnie  :  Moins complet et pas pour les touts petits mais bien classé avec des thèmes qui sauvent la mise : automne, monstres, etc.

Cap Eveil  Pour les plus grands également, un peu fouillis, mais quelques bonnes idées.
Grandir avec Nathan : http://www.grandiravecnathan.com Des idées, des conseils de lectures, des fiches pratiques... Parfois trop scolaire ou orienté "visée pédagogique" mais assez bien pensé.

Si tu veux (jouer)  Blog de la boutique parisienne Si tu veux. Je n'ai jamais visité la boutique mais ça fait envie avec pleins de petites trouvailles tout droit sorties de notre enfance, les jeux cultes des 50 dernières qu'on pensait disparus de la circulation. Sur le blog de la boutique, on trouve des tonnes d'idées toutes simples et originales. Ca ne concerne pas le domaine purement "loisirs manuels", mais il y en a aussi avec des rubriques sympathiques nécessitant très peu de matériel du type : "jeux à 0 €" !

Et bien sûr : les livres de loisirs créatifs (on en trouve en pagaille en bibliothèque) et l'indétrônable Pinterest qui présente l'avantage de permettre une recherche ciblée du genre : "bateau en carton" rapidement depuis son smartphone...

Allez, plus d'excuses : Tous A VOS ROULEAUX DE PAPIER WC !

lundi 23 février 2015

Le paradoxe des vacances


Ces dernières semaines, Trognon était totalement "in-su-ppor-table".  De crises de nerf en colères irraisonnées, il réussissait chaque jour à court-circuiter mon système nerveux en quelques minutes à peine, parfois dès le réveil ou au milieu de la nuit. Quelques heures passées en sa compagnie me laissaient avec un mal de crâne et des courbatures dans les épaules. Non je n'exagère pas. Mais oui, je parle peut-être sous l'emprise du choc post traumatique. (Non, n'appelez pas les urgences, je vais mieux vous dis-je).

caprice

Bref, autant le dire avec honnêteté et quitte à être une #BadMother, j'attendais son départ en vacances chez papi et mamie avec IMPATIENCE ! En fait secrètement, je fantasmais chaque jour sur ce moment où la maison allait retrouver le calme qui lui sied. Je savais qu'il allait arriver cet instant magique où, après l'avoir laissé à la gare, j'allais ouvrir la porte de notre maison avec seulement Cracotte dans les bras et m'affaler sur le tapis avec elle pour jouer aux Ketchup (= les petshops, c'est comme ça qu'on les appelle chez nous) sans subir les cris de leurs disputes fraternelles... Tous les soirs de sa dernière semaine d'école, nous avons compté le nombre de dodos qui le séparait du départ en vacances. Je suis sûre qu'il ne s'est pas rendu compte à quel point, moi aussi, je les comptais ces dodos... Je ne sais pas en revanche s'il a perçu mon agitation fébrile au moment de préparer ses affaires de vacances le jour du départ.

Et puis voilà, le moment tant attendu est arrivé. J'ai emmené le Trognon et sa mamie à la gare pour prendre le train. Et c'est là, sans prévenir, que les premiers symptômes du "Manque" sont apparus... Il s'est subitement transformé en petit garçon trop mignon (le traître), a voulu porter son petit sac à dos violet "quand je serais grand je serais chevalier" et tirer la valise de sa mamie. Il m'a recommandé de faire attention à ne pas dépasser la ligne jaune sur le quai et m'a fait un énorme bisou ainsi qu'à sa sœur... Le coup de grâce qui m'a fait cruellement sentir son absence dès que les portes du train se sont fermées derrière lui et que j'essayais en vain de deviner sa silhouette derrière les vitres crasseuses du TER...

Le piège venait de se refermer sur moi et le Manque à commencer à distiller son venin... Rentrée avec Cracotte, la maison ne me semblait non pas calme mais vide. Je me suis consolée avec une tasse de thé, des biscuits et des bonbons (oui la vie est trop cruelle) en recevant au fur et à mesure des nouvelles de son voyage (merci maman ;-) avec des photos où il avait l'air de plus en plus mignon...

Le weekend s'est déroulé très très calmement avec une Cracotte ravie d'avoir ses deux parents rien que pour elle, des tas de siestes pour tout le monde, du temps pour ne rien faire du tout (mais comment je faisais avant la naissance de Cracotte pour me sentir débordée avec seulement un enfant ?!!!!). C'était chouette... Ça faisait du bien, c'était reposant, agréable, serein... Çà nous a même un peu désorienté tout ce temps libre. Mais, et voilà le grand PARADOXE des vacances, il  m'a terriblement manqué.

C'est bête hein. C'est illogique. C'est irrationnel. Je crois qu'en fait, je suis camée. Shootée, droguée jusqu'à la moelle au Trognon. J'arrête pas les overdoses, je frise l'hypoxie cérébrale plusieurs fois par jour et pourtant, dès que j' essaie de me sevrer, le MANQUE  m'attaque...


vacances-ski
Encore une semaine de désintox. Pour le moment, je me détend, je profite. Mais si mes beaux-parents et ma belle-sœur continuent de m'envoyer des photos de lui en mode "enfant mignon" et si il continue à me raconter ses progrès "skiesques" avec sa petite voix adorable, je vais replonger, je le sens !!!!!! 

On devrait toujours faire  des vidéos de ses enfants en train de faire une colère ou une crise de nerfs. Juste pour les visionner avec délice pendant les vacances !

lundi 16 février 2015

Ma fille, cette geek


Quand Trognon est arrivé, les smartphones n'existaient pas... En tout cas, pas chez nous. On avait déjà les appareils photos sur le téléphone mais les écrans tactiles buggaient et on ne surfait pas sur le net. Incroyable, il y a seulement 4 ans...  Mais Cracotte est un bébé de la nouvelle génération... Je ne sais pas comment on les appellera ces enfants nés après les Y... Je ne sais pas non plus à quel point leur cerveau est perturbé par le flux d'ondes incessantes qui circulent autour de leurs petites fontanelles ramollies dès leurs premières heures.

Je n'ai pas twitté, instagrammé ou facebooké en live sa naissance mais clairement, Cracotte a rencontré mon smartphone juste après son papa et avant son frère.

Chez nous, la télé est éteinte quand les enfants sont dans les parages... Mais elle a appris sans doute très tôt à voir ce petit bout de plastique et de mécanique greffé au bout de mon bras ou de celui de son père. Et forcément, à un moment donné, elle s'y est intéressée...

J'ai été très surprise quand je l'ai vue, âgée de quelques mois seulement, glisser son doigt sur l'écran pour tenter de faire bouger les images. Ca m'a fait sourire à l'époque. Maintenant beaucoup moins.

Car Cracotte a une légère tendance à considérer que tout ce qui l'entoure lui appartient... MON portable notamment et à mon plus grand désespoir, il lui plaît beaucoup plus que le magnifique baby smartphone de VTech qui fait des bruits d'animaux quand on appuie sur les touches...

Tout ça, c'est bien-sûr un peu de ma faute. D'abord, on est d'accord, elle est dans l'imitation. Mais en plus, et pour aggraver mon cas, j'ai téléchargé des applis POUR les enfants...

Pour Trognon, il y a bien sûr l'appli Trains Dupplo ou Trains... J'ai essayé les applis éducatives pour me donner bonne conscience, du type "j'apprend à compter pendant que maman discute avec ses copines" mais ça n'a pas marché...   Non, je vais vous parler ici des deux applis qui ont rendus mes enfants maboules.

La première, connue de tous les parents (rassurez-moi les gens sans enfants, vous n'y jouez pas ?)... 

LE CHAT.

Testé avec les cousins cousines plus jeunes et plus vieux, le CHAT plaît à TOUS  les enfants. Et peut transformer votre vie en cauchemar. A noter que le Chat existe sous plusieurs variantes... Il peut-être un chien (Talking Ben), une chatte (Talking Angela), un perroquet (Talking Pierre)... Bref, nous, nous avons l'original, le vrai... Tom le chat... (Et Ginger, son pote le chat roux qui se lave les dents aussi...).
Le principe est très simple : un petit chat mignon tout plein qui répète tout ce que vous lui dites avec sa voix de chat. On peut aussi lui taper dessus ou le caresser.

Au début, quand vous montrez pour la première fois le Chat à votre enfant, ca vous fait marrer. Et lui aussi... Mais très vite, ça devient crispant. Soudainement, vous entendez votre enfant en double et avec une voix encore plus insupportable. Ici ca donne une Cracotte hystérique qui crie "KA" au chat qui répond avec sa voix déformée : "KA" et ça recommence... Trognon lui, ne se lasse pas de faire répéter à l'animal "caca" "prout" "pipi"...  C'est hilarant. Vraiment.


Mais le pire avec le Chat, c'est qu'ils veulent le toucher. Surtout Cracotte qui veut absolument être celle qui tient le téléphone. Et avec ses jolies petites mimines malhabiles, elle n'arrête pas de cliquer sur toutes les petites icônes de pub et le moment de tranquillité recherché s'éloigne un peu plus à chaque fois qu'elle me tend le téléphone en râlant parce que le chat a été remplacé par une publicité sur le pass cinéma illimité. Je ne compte pas non plus le nombre de fois où j'ai récupéré le téléphone in extremis alors qu'ils étaient en train d'acheter en cliquant partout, un masque de plongée pour Tom ou de télécharger "Talking Angela".

Voilà, ça, c'est le CHAT.

Mais il y a pire...

Il y a environ un an, j'ai téléchargé un truc juste pour Trognon et qui depuis peu, plaît BEAUCOUP à Cracotte. Ce truc, c'est le MAL... Ca me mange la moitié de ma capacité de stockage et... ça rend les enfants maboules... Ca s'appelle...

CLIPOUNETS

Oui, ça n'a l'air de rien comme ça... Mais je vous assure : CLIPOUNETS, c'est la mort de votre indépendance téléphonique...

Au début, ça n'a l'air de rien... Des petites chansons pour enfants : du grand répertoire qui s'étend de "la famille tortue" à "un pou une puce sur un tabouret" avec une petite animation type micro dessin animé et même les paroles qui s'affichent façon karaoké pour sauver vos soirées en cas de panne de DJ. Inoffensif me suis-je dis. J'en ai téléchargé quelques uns qui m'ont sauvé la mise dans des salles d'attente ou quand j'essayais d'avoir une conversation cohérente avec un adulte consentant.

Sauf que... Maintenant, les enfants sont fans... Trognon les connaît presque toutes par cœur (il est prêt pour la Nouvelle Star) et Cracotte est complètement accro, camée, shootée aux clipounets.

Mon téléphone (parce qu'il savent très bien qu'il n'y a pas les clipounets sur celui de leur père), est devenu l'objet de leur convoitise incessante... La pire bien-sûr, c'est Cracotte, LA geek de la famille : dès qu'elle l'aperçoit elle se rue dessus et hurle jusqu'à ce que je lance l'appli...

Bien-sûr, ils ont chacun leurs chansons préférées. Et bien-sûr, leurs goûts diffèrent. Ce qui nous oblige à instaurer des tours dans le choix des chansons (ces trucs de dingue que tu peux faire quand tu es parent, c'est passionnant).  Quand on lance Clipounets, on entend donc Cracotte hurler dès que Trognon choisit "123 Nous irons aux bois", LA chanson qu'elle ne peut pas s'encadrer du haut de ses 19 mois (oui, elle a des goûts très affirmés!) et Trognon râler (il est plus modéré que sa sœur) quand elle clique 3 fois sur "une souris verte".

Amis et familles, sachez que je ne peux désormais plus répondre immédiatement à vos appels et messages quand je ne suis pas seule car il suffit que Cracotte voit le "PRECIEUX" pour qu'elle entre en phase hystérique et réclame son joujou préféré... (j'ai déjà dis que Trognon était plus modéré ?). Sachez donc que tous mes SMS sont envoyés depuis les WC (oui c'est beurk, mais c'est sécurisé) et que pour les appels, il vaut mieux viser la sieste de Cracotte... (ou accepter de partager votre communication avec ses cris de putois).


Voilà, ceci est donc un appel au secours, le pouvoir du Précieux s'est emparé de ma geekette de fille et je crains que tout cela ne mène l'ensemble de la famille vers les heures sombres du Mal Numérique.


Aidez-nous... !

mercredi 11 février 2015

Mais pourquoi ne dort-il pas ?

Je me suis demandée un moment par quel billet j'allais commencer ce retour sur le blog et j'ai beaucoup hésité...  Quelque chose de personnel, d'anecdotique, de sérieux, de drôle, de pas trop personnel... J'en étais là de mes réflexions quand Trognon m'a fourni la réponse en débarquant dans ma chambre pour récupérer des kapplas avant de retourner en courant dans la sienne. Rien d'exceptionnel en soi. Sauf qu'il est minuit... Et qu'il ne dort pas. (moi non plus me direz-vous, mais moi je suis grande, nanmaisoh! ).
                                              
Oh le beau château construit pendant la nuit...
Je fais semblant de ne pas savoir qu'il est en train de construire un château dans sa chambre, qu'il doit y avoir une dizaine de bouquins empilés au pied de son lit, qu'il a déjà sorti 3 jeux de société. Je me console en me disant que demain il y a pas école et qu'il pourra rattraper son sommeil perdu... Ha ha ha.

Il y a eu des accalmies, il y a les vacances scolaires où ca se passe toujours mieux... Mais depuis 4 ans et demi, Trognon a toujours du mal à s'endormir le soir. En parcourant les vieux messages du blog, j'ai vu que je m'en plaignais déjà ici (en 2011 !)...


Donc disons que le problème ne date pas d'aujourd'hui... Quoi que nous fassions, quoi que nous ayons tenté (les punitions, les cris, les câlins à répétition, les rituels, les histoires du soir, le calme, la fermeté, les menaces, la tendresse...) rien, rien, RIEN n'a jamais marché.

J'ai cru un temps avoir trouvé la solution miracle avec la sophrologie... Oui vraiment... Un soir, prise d'une inspiration divine, j'ai eu l'idée de tester le cours de prépa à l'accouchement version sophrologie sur Trognon. Evidemment, je ne lui ai pas demandé de visualiser son bébé dans le bassin (mais après tout.... pourquoi pas...!) mais de se concentrer sur son souffle qui entre... qui sort...qui entre... qui sort et qui circule dans son corps jusqu'aux oreilles qui se détendent (si, les oreilles peuvent se détendre !), qui passe dans les cheveux, le cou, le haut du dos, etc... Bref, je n'étais pas arrivée aux genoux que Trognon dormait... Soit en 3 minutes ! Incroyable succès ! Je n'en revenais pas. J'ai eu envie de bâtir une cathédrale à la gloire d'Alfonso Caycedo (merci Wikipedia), et j'ai écumé Amazon à la recherche de  10 000 livres et 15 000 cds de sophro adaptés à l'enfant.

Le lendemain soir, toujours un peu incrédule, je re-tente... Et nouveau succès, bien qu'un peu moins rapide... J'en parle à Cromagnon qui se marre un peu. Mais qui se décide à tester quand vient son tour de coucher Trognon... Gros échec... Soit le Cromagnon n'y met pas tout son cœur, soit le Trognon profite du côté novice de son père dans l'utilisation des médecines douces (!). En tout cas, la séance dégénère en grands éclats de rire et je suis obligée de m'y coller. Au fil des soirs, l'endormissement prend de plus en plus de temps et je suis obligée de décomposer un peu plus chaque partie du corps avant d'arriver au Graâl : le sommeil au niveau des orteils...

 Je récite d'une voix que j'espère hypnotique "tu sens ton souffle qui passe dans le haut de ton bras, puis le bas du bras et qui détend ton poignet et la paume de ta main, puis dans chacune des phalanges... D'abord le pouce, etc..." tout en guettant la fermeture des paupières, signe imminent d'endormissement... Mais je suis de plus en plus obligée de m'interrompre d'un ton sec pas du tout hypnotique "tu arrêtes de gigoter tout de suite là, tu restes calme ou je t'étripe !"... Et parfois aussi, c'est moi qui m'endort pendant qu'il rallume la lumière et se met à bouquiner...

Bref, ça aura marché 10 jours et depuis je suis de nouveau à sec... J'ai peut-être loupé un truc quelque part, j'ai dû sauter quelques pages dans "élever son enfant parfait" lors de sa toute petite enfance... Je me console avec Cracotte qui est une énorme dormeuse depuis sa naissance. Du genre à faire des grasses mat jusqu'à 10h et des siestes jusqu'à 18h. Cracotte qu'on pose dans son lit et qui dort, comme ça, bam d'un coup...

Mais pour Trognon, rien n'y fait... On a souvent l'impression qu'il n'arrive pas à débrancher, que des milliards d'idées continuent de tourner dans sa tête et que, bien que fatigué, il n'arrive pas à tourner le bouton OFF.

Je pense donc qu'il me reste encore une solution... Une seule. Un jocker que je garde pour plus tard...

Ça...



(sinon, je suis preneuse de toute nouvelle idée !)

lundi 9 février 2015

Que sommes-nous devenus ?

14 mois plus tard, qu'est devenue la Babyoles Family. Question évidemment palpitante.  Comment résumer les 14 derniers mois ? Je ne vois pas de meilleurs façons que de faire une jolie liste à puces (et aussi parce que j'adore les listes à puces)...

Cromagnon

- Joue toujours au rugby et passe ses journées du samedi à se plaindre de ses courbatures
 - Ne repasse plus qu'une fois par semaine, voir tous les 15 jours
- A dépassé ses peurs ancestrales en allant pour la deuxième fois de sa vie s'acheter des vêtements seuls.
- A décidé d'apprendre la guitare. (c'était il y a 9 mois, la couche de poussière sur la housse de guitare s'épaissit de jour en jour).
- Négocie toujours les matchs du dimanche après-midi en direct à la télé...
- Travaille trop
- S'est mis à la lecture. Si !  Depuis plusieurs mois, il lit sans se lasser : "Tout rénover dans la maison" aux Editions Marabout.
- A gardé son sens de l'humour particulier et son tour de taille intact.

Trognon

- A 4 ans et demi et un sourire à tomber raide dingue amoureux. (mais n'a pas d'amoureuse).
- Depuis sa rentrée en petite section en septembre 2013, soit après 229.5 jours d'école  (ce blog sera précis ou ne sera pas) (oui j'ai vraiment sorti ma calculatrice, j'ai soustrait les vacances et j'ai tenu compte de la réforme des rythmes scolaires), je crois qu'on peut officiellement dire que Trognon n'aime pas l'école.
- En revanche, Trognon aime beaucoup, en vrac, les glaces, les dinosaures, les volcans, les dragons, les chevaliers, Peter Pan, les smarties, les gâteaux trains, le père-noël, les livres des "ptites poules", la neige, le goûter, les constructions, les frites, Macha et Mischka, le pôle nord, la soupe aux légumes du potager, la pâte à modeler, les jeux des expériences, le weekend et les vacances, le rock de bourrin.
- N'aime pas les légumes (sauf ceux de la soupe), dormir, attendre, Cars, Planes et Toys Stories, mettre son bonnet avant son manteau, la musique triste (comprendre : la musique douce).
-  Voudrait bien se marier avec sa sœur, mais celle-ci semble peu intéressée.
- Ne fait plus de siestes. (le premier jour, j'ai pleuré... Depuis nous avons instauré "le temps calme" ).
- Ne s'endort jamais avant 22h. C'est une habitude à prendre.
- Espère que Dieu n'existe pas.
- Nous épuise à peu près autant qu'il nous remplit d'amour... La balance reste équilibrée, fort heureusement pour lui et pour notre santé mentale.

Cracotte


- A 19 mois et de jolis yeux gris.
- Est appelée par son frère "Lili la tigresse" ou "Epine", surnoms relativement appropriés. Surnommée par ses parents "Cul-de-Jatte" (cf plus bas).
- A un caractère trempé dans l'acier. Du haut de sa toute petite taille, ne supporte pas la moindre contrariété et pousse des cris de Castafiore outrée à la première occasion.
- Ne marche pas. Oui, voilà. Comme ça s'est dit tout de suite. Nous fait l'honneur de faire partie des 2% d'enfants de plus de 18 mois qui ne marchent pas. Ne marche pas à 4 pattes non plus et traîne son petit fessier délicat sur le sol avec l'agilité d'un crapaud. (cf surnom plus haut).
- A été allergique aux protéines de lait de vache. Et ne l'est plus. Rattrape donc le temps perdu en mangeant 5 fois + de chocolat.
- Dévore tout ce qui bouge et surveille avec attention la juste répartition de la quantité de nourriture entre son frère et elle pendant les repas. Rattrape ainsi son retard de croissance à grands coups de chocapics et de double dose de compote.
- Dort. Beaucoup. Du genre, grasse mat jusqu'à 10h et sieste jusqu'à 18h. Je sais, c'est terriblement injuste. Mais vraiment jouissif.
- Dit "papa", "ta" et "voilà". Oui, c'est tout.
- Dessine. C'est à dire "couvre des dizaines de feuilles de ses ravissants petits traits abstraits et colorés.
- Est terriblement jalouse. Agresse son frère dès qu'il est à proximité.
- Est une jeune capitaliste en herbe et considère que tout ce qu'elle touche lui appartient. Ce qui nous oblige à prévenir les invités à la maison " attention, elle mord et elle griffe"... On songe à lui accrocher une petite pancarte autour du cou, comme pour les chiens méchants.
- A un rire en cascade qui nous fait fondre.
- A les dents de devant écartées. Heureusement, grâce à Vanessa Paradis, c'est la mode.

Moâ !

J'ai...
- quelques cheveux blancs que j'arrive encore à éliminer manuellement.
- repris le travail difficilement et appris avec plaisir un nouveau métier, renoué sans plaisir avec la pression, le stress, les deadlines.
- appris à apprécier la bière, même la Guiness (mais seulement en Irlande).
- été inscrite à un cours d'aquagym (et j'ai fais une séance quand même).
- adoré les mercredis avec les enfants ( et détesté les mardis soir et jeudis matins à stresser au travail)
- lu des centaines de milliers d'histoires du soir, ramassé des milliers de tonnes de miettes sur le carrelage de la cuisine (de quoi nourrir l'Afrique, vraiment), aspiré des litres de morves, pris des dizaines de RDV chez le pédiatre, le gynéco, le généraliste, le radiologue, le psy, le kiné, l'ostéo, l'école, la sage-femme, l'ORL, la psychomotricienne, l'instit spécialisée, etc. et en gardant le moral : tout va bien dans la famille Adams !
- bu des pintes de coca light et mangé des kilos de bonbons (cherchez l'erreur).
- décidé de ne plus repasser.
-...
- un petit locataire inside...!

Oui, la Babyole Family s'agrandit...

Comme on s'ennuyait, entre quelques constructions de tours de Kappla et 15 lessives de bavoirs, on a décidé de remettre la machine en route.

Je vous présente donc :

Numéro 3... (qui porte un surnom original, mais on tâchera de faire mieux avec le prénom) :


- Est prévu pour fin avril
- Est un garçon.
- Ou une fille.
- Logiquement.
- On a pas voulu savoir en fait.
- Est très attendu par Trognon, sûrement moins par Cracotte.
- M'a obligé à m'arrêter de travailler plus deux mois avant le début du congé mat. M'oblige à faire des choses que je n'avais jamais faites avant... Du genre : me reposer dans un canapé sans trop culpabiliser, ne plus porter les enfants dans un bras, les courses dans l'autre...  Bref, un enfant déjà extraordinaire...

La suite de nos "aventures" pas extraordinaires les jours prochains... (non, non, pas de révélation fracassante à venir, du genre : nous avons adopté un tigre ou numéro 3 sont 2... ). Rien que du très banal, c'est promis...


vendredi 6 février 2015

Le plaisir des mots

blogger ou non
14 mois loins de l'écriture de ce blog.  14 mois de complète coupure, happée par une faille spatio temporelle à ma reprise du travail.

Je ne suis plus sûre de savoir encore faire. Est ce que les mots vont revenir ? Est ce que j'ai encore quelques chose à raconter ? Pour qui ? Pour quoi ?

Pourtant, à peine le clavier professionnel raccroché, voilà que j'y repense à ce blog, que mes doigts me démangent, que je me reprend à songer "tiens, je pourrais le raconter dans mon blog". Un mois déjà que j'hésite. J'ouvre un doc word et j'abandonne, me trouve mille autres choses passionnantes à faire (laver par terre, trier les photos, appeler la CAF). Et puis, on me demande au détour d'une conversation, presque comme une évidence "tu vas reprendre ton blog ?".  Et le doute revient.


Je reste vague. C'est que j'en ai envie, mais vais-je oser ? Je l'ai déjà abandonné deux fois... Ces grands come back, ca commence à avoir l'air un peu ridicule. Pendant des mois après mon retour dans la marmite pro, j'y ai pensé, j'en ai eu envie. Je me suis promis de faire un petit billet, de répondre à tel ou tel commentaire (mes excuses 1 an après à celles et ceux à qui je n'ai jamais répondu). Mais il y avait comme un blocage...  Un nouveau métier à apprendre, les enfants à gérer le soir, la course permanente, le stress, l'ordi réquisitionné après 20h pour terminer le boulot de la journée et puis peu à peu, l'oubli... Le blog a disparu de mes pensées... Et pourtant, magie de l'internet, il est toujours là, fossilisé sur la toile depuis le 27 novembre 2013. Comme si il n'attendait plus qu'un nouveau billet, un deuxième come-back...

Je demande son avis à Cromagnon qui ne comprend pas trop mes hésitations, mes questions existentielles ... Je lui déclare à la chaîne : "
- c'est un peu égocentrique par définition un blog,
- je suis gênée par le côté "je raconte ma life",
- je n'ai rien de très passionnant à dire,
- il y a déjà des centaines de blogs de mères de famille dont certains très bien écrits

Cromagnon balaie mes question d'un grand "c'est pas la question, la question c'est "est-ce que tu en as envie ?". Sur le coup, je le trouve un peu étroit du cerveau  le Cromagnon, mais peu à peu, je laisse sa réflexion faire son chemin dans mon cerveau à moi... Est-ce que j'en ai envie ? Oui, c'est indéniable, l'écriture me manque. Alors pourquoi ne pas faire une sorte de journal personnel, intime ? Pourquoi vouloir ouvrir la porte de ma maison sur le web mondial (bon OK les 10 lecteurs potentiels du blog)... Parce que je crois qu'on écrit pour être lu. C'est égocentrique, mais c'est comme ça. Il y a une manière différente d'écrire quand on sait qu'on sera lu. On fait attention à la tournure des phrases, à l'orthographe (un peu), au rythme des mots. On ne raconte pas sa vie, on livre seulement que ce l'on en a envie d'en dire et c'est une grande différence. On choisit de partager une émotion, un rire, un moment particulier. Le journal intime n'offre pas cela.


Donc voilà, nous y sommes. Je vais essayer d'écrire à nouveau des petits mots sur le blog, peut-être pas très réguliers, sans doute très décousus, en tâchant d'être indulgente avec moi-même. Juste pour le plaisir des lignes, des mots, du recul sur mon quotidien.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...