lundi 30 mars 2015

Mes petits bonheurs

Quand je viens la réveiller et qu'elle se tourne vers moi en souriant, le regard encore chargé de sommeil et qu'elle commence aussitôt à papoter.

Quand je suis à la porte de sa classe et que je vois son visage s'illuminer quand il me reconnait.

Quand il me dit en murmurant "j'ai un secret maman, je t'aime fort jusqu'à la lune", quand elle dépose sa tête sur mon épaule, juste dans le creux de mon cou,

Quand il me couvre de bisous, quand elle rit aux éclats sous mes chatouilles et me demande "encore"...

Quand ils oublient ma présence et jouent tous les deux, quand il lui prête une peluche, quand elle lui tend son tigre en plastique...

Quand je le sens s'endormir blotti contre mon ventre, quand elle tend ses bras vers moi...

Quand il s'est fait mal et me demande un bisou magique, quand sa main est sale et qu'elle la tend vers moi en disant "cracra"...

Quand je passe la main dans ses cheveux emmêlés juste dans le creux de sa nuque, quand il me sert dans ses bras pour que je ne le quitte pas...

Tous ces petits moments, ces petits riens, ces petits touts. Ces minutes de vie où je suis leur rayon de soleil et où ils sont le mien...

Je sais qu'un jour, il me demandera de l'attendre un peu plus loin, de ne pas lui faire de bisous devant les copains. Je sais qu'un jour, elle me fermera la porte de son intimité. 

Je sais qu'ils auront leur secrets et que je ne serais plus leur horizon. Je sais que ça voudra dire que j'aurais fais ce qu'il fallait.



Alors j'essaie de ne pas laisser échapper ces fragments de bonheur, ces touts petits moments de "Nous" et je vous dis merci mes enfants de me laisser être votre maman.

vendredi 27 mars 2015

Le pot à pipi

Je voudrais vous parler d'un objet particulier que les femmes enceintes ne sont pas les seules à utiliser mais qu'elles ont le bonheur de tester chaque mois : j'ai nommé : le pot à pipi !

Je voudrais qu'on me dise QUI A INVENTE LE POT A PIPI ?!



Sérieusement, est ce qu'il y a derrière le concept une équipe d'ingénieurs, d'ergonomes, un chef de projet, un responsable de fabrication, un panel d'utilisateurs testeurs ?

Parce que je n'arrive pas à comprendre comment on peut continuer à fabriquer en série un pot aussi peu pratique. Assurément il n'a pas été inventé par une femme. Parce que je veux bien croire que pour un homme (hors maladie de Parkinson ou  strabisme ), viser dans le pot à pipi, ça se gère sans trop de difficultés.

Mais pour une femme ? Comment atteindre avec précision les deux centimètres de diamètre sans arroser au passage les doigts ou sans déborder sur l'étiquette...

Et qui a pensé à la femme enceinte ?

Dès le septième mois de grossesse, toute la partie inférieure du corps à partir du nombril devient totalement hors de portée visuelle...  On s'appelle pas toutes Guillaume Tell : viser dans un micro-pot qu'on ne voit même pas avec un périnée totalement HS, c'est juste pas possible...

Non immunisée contre la toxoplasmose, j'ai le privilège d'exercer mes talents sur le pot à pipi TOUS les mois. J'en suis aujourd'hui à environ 8 petits pots crado.

Cet article est un appel à l'aide : ingénieurs, inventeurs, créateurs, ergonomes de tout poil : faites quelque chose, révolutionnez le pot à pipi. Je vous en prie, devenez le Léonard de Vinci de l'Histoire de l'analyse urinaire.


Je compte sur vous...

mercredi 25 mars 2015

# Mêmepaspeur 5

Ces choses un peu débiles qu'on fait avec des enfants...



Les laisser jouer librement avec de la peinture...

lundi 23 mars 2015

Chocochâteau à Chilleur-aux-Bois

Château de Chamerolles
Un salon du chocolat, seule, avec 2.5 enfants : la mission suicide.




Il y avait de la publicité un peu partout, il ne faisait pas beau... Cromagnon était absent pour le weekend mais je me suis dis "même pas peur".  Dimanche après-midi, je me suis donc lancée les yeux fermés dans cette mission suicide : le salon du chocolat à Chilleur-aux-Bois... (ça ne s'invente pas).

J'ai tout bien géré, le repas tôt, le goûter, de quoi changer Cracotte, la poussette, les gourdes d'eau, les manteaux et hop en voiture.

Après une heure de route où aucun des deux n'a voulu fermer les yeux (adieu la sieste),nous sommes arrivés.  Et là, j'ai compris ma belle grosse erreur de débutante ! Des voitures garées sur des kilomètres, un dispositif de gendarmerie pour organiser le stationnement et une bonne petite file d'attente pour entrer... Au secours la foule !



Pas question de montrer mon désarroi aux Babyoles mômes...  C'est donc plein d'entrain que nous avons sagement pris notre place dans la file d'attente, dans un petit vent glacial qui m'a fait réaliser que je n'avais pas assez couvert les enfants. Une fois de l'autre côté de la force, l'enthousiasme de Trognon m' a redonné du courage car l'entrée du château se fait par le franchissement d'un pont-levis : succès assuré.



Pour le reste de la visite, je dois dire que vu de loin, ça avait l'air pas mal... Mais avec numéro 3 inside, Cracotte en poussette et Trognon du haut de son 1 mètre, impossible d'approcher.

Le salon vu par un adulte de taille moyenne

Le salon vu par Trognon... C'est sympa non ?


J'ai pu apercevoir, du haut de mon mètre 68 (mais pas les enfants donc ) :


- des stands de chocolatiers,
- des démonstrations de cuisine autour du chocolat,
- des manucures au chocolat (sérieux ?! C'est quoi le principe : se bouffer les ongles au lieu de les ronger  !)
-  des glaces au chocolat, (donc  : des enfants avec des cornets de glace dégoulinants au milieu de la foule = dangers ambulants),
- un stand sur le sucre sous toutes ses formes,
- des défilés en costume vénitien,
- un concours de sculpture en chocolat
- un atelier de dégustation autour des différentes étapes de la fabrication de chocolat (pour notre part, nous avons dû en rester au tâtage hâtif de la fève de cacao).

Le salon proposait aussi des activités juste pour les enfants : 

- Des ateliers de modelage en chocolat et pâte à sucre animés pas des chefs pâtissiers qui avaient l'air très sympas (oui, j'ai renoncé à attendre 45 minutes en jouant des coudes qu'une place se libère... )
- Des maquillages sur le thème du chocolat (là encore, j'ai subtilement évité l'écueil et l'attente. La foule était si dense que Trognon ne s'est de toute façon aperçu de rien).
- Un atelier lecture qui n'avait rien à voir avec le chocolat (?!) mais largement délaissé ce qui a permis à Trognon de bénéficier d'une histoire racontée par une gentille dame...




Pour ne pas en rester là,  nous en avons aussi profité pour visiter le château en lui même avec un parcours axé sur le thème du parfum et des parfumeurs. 




Ca avait l'air très intéressant et ça change un peu de ce qu'on a l'habitude de voir mais nous avons malheureusement dû faire la visite au pas de course pour deux raisons :

- Trognon était obnubilé par la sucette en chocolat que je lui avais promis à la fin de la visite,
- Cracotte a trouvé très à propos de libérer de sa couche bombée un subtile parfum chocolaté et je suis sûre que les visiteurs, incités par la visite à magnifier leur sens olfactif , n'ont pas pu manquer l'arôme fessier délicat de ma fille.

(Ceux qui ont déjà des enfants, vous pouvez lire la suite. Les autres, passez au paragraphe suivant, je ne voudrais pas être responsable d'une baisse de la natalité en France).

Après avoir désespérément cherché une table à langer ou quelque chose y ressemblant, j'ai fini par changer Cracotte dans le couloir des cabinets, coincée entre les pissautières masculines et la file d'attente des toilettes dames. Je suis restée stoïque et digne comme vous vous en doutez, accroupie par terre au dessus des fesses crottées de Cracotte avec mon ventre de 8 mois de grossesse et mon fils accroché à sa sucette en chocolat...

Nous avons ensuite pu passer un peu de temps à l'extérieur pour visiter les jardins... 



Nous avons donc pris note que le printemps n'est pas encore arrivé en région centre, ce qui rend la chose légèrement moins intéressante !

Nous avons en revanche fait des centaines de tours de labyrinthe végétal et j'ai pu observer de nombreux parents qui essayaient d'y semer leur progéniture.




























Nous avons terminé l'après-midi par l'inévitable mignon manège, idéalement situé pour qu'on ne puisse pas l'éviter mais ça sera finalement le favori de la visite de Trognon, alors ça valait sans doute le coup...



Voilà, nous n'avons pas vu grand chose, il y avait trop de monde MAIS j'ai survécu et les Babyoles mômes étaient ravis de leur visite. C'est ce qui compte non ?



CHILLEUR-AUX-BOIS 2015: VENI VIDI VICI !



vendredi 20 mars 2015

Attendre un troisième bébé


Tu vas bientôt arriver et tu seras mon dernier. J'ai retrouvé au fil des 8 derniers mois les sensations que m'avaient fait découvrir avant toi ton frère et ta sœur. Les choses désagréables, la fatigue et les nausées, les émotions en accordéon et les contractions. Mais comme pour un premier rendez-vous, je t'ai rencontré et tu as été l'unique. J'ai été surprise par tes premiers mouvements, ta façon à toi de bouger et cette chose incroyable de sentir en moi, ta vie à toi. Je regarde moins mon nombril que lorsque j'attendais tes aînés. Ma vie, c'est vrai, ne tourne pas qu'autour de toi. Il y a ce petit garçon sensible et inquiet et cette petite fille déterminée que tu rencontreras bientôt. Il y a cet amour pour eux qui dépasse tous les autres. Je porte ta sœur dans mes bras et je sens bien quand je la cale sur ma hanche que je devrais la reposer. Mais elle est là, et elle a besoin de moi. Je cours dans le jardin avec ton frère, et je sens bien mon souffle qui s'essouffle et mon ventre qui se raidit. Mais il est là, et il a besoin de moi. Attendre un troisième enfant, c'est  déjà concilier vos besoins à tous les trois, être là, pour chacun de vous à chaque instant.

Avec toi, tout est si connu et si nouveau. Pour la troisième fois dans ma vie, je sens mon ventre se gondoler  quand tu as décidé de bouger. Mais tout est si différent, car tu es toi. Je glisse ma main sur mon ventre et je te sens de l'autre côté te blottir ou t'étirer. C'est une chose dont je ne me lasse pas et qui me rend toujours si perplexe et si émerveillée. C'est ce petit sourire qui traîne sur mon visage quand je m'endors et que tu te réveilles dans ta bulle d'eau, abrité, protégé.  C'est le rire de ton frère quand il te sent onduler sous sa main ; c'est la perplexité de ta sœur qui escalade mon ventre en se demandant qui se cache dedans. Ce sont mes petits bonheurs, fugaces et éphémères de la maternité.

Tu vas bientôt arriver et tu seras le dernier.

Une vergeture comme ultime signature, un corps à retrouver et des souvenirs inscrits dans ma peau. Je t'attend mais prends ton temps. Je ne suis pas pressée, je veux goûter encore l'éclosion de ta vie en moi, ces balbutiements de toi, la douceur de notre corps à corps, la fusion de nos émotions. Ce quelque chose que les mères ne savent pas expliquer, ces petits morceaux d'éternité sur lesquels nous bâtirons notre histoire.


Je sais la douleur à venir, je sais que je dirais que je ne peux pas et je sais que je pourrais. Je sais les larmes et les rires, l'envie d'abandonner et de me coucher sur le côté. Je sais que je dirais "plus jamais" et cette fois, ça sera vrai. Je sais qu'il y aura la rencontre avec tes yeux gris et que tes doigts s'enrouleront autour des miens.  Mais pour le reste, je ne sais pas, car tu es toi, et ca sera notre première fois.

Il y aura mon ventre vide et mes hormones en chute libre. Il y aura ce goût amer de dernière fois et ces adieux à mon corps de maman. Une page qui se tourne et que les milliers de photos que je ferais de toi ne seront retenir. Tu seras à la fois, un début et une fin, tu seras mon tout petit, mon dernier, celui qui nous manquait.

Je t'attend, mais prend ton temps, tu seras mon dernier enfant.


mercredi 18 mars 2015

# Mêmepaspeur 4

Ces choses un peu débiles qu'on fait avec des enfants...



Promettre un gâteau château fort et le laisser libre de la déco... Le manger sans avoir l'air écœuré...

mardi 17 mars 2015

Faire le ménage : la miette de trop !

C'est la miette de trop... Celle qui vous fait voir rouge...  

miettes sur le sol
C'était bon le repas les enfants ?

Vous faites des heures de ménage non payées à longueur de semaine et tout à coup, voilà que se pointe la miette de trop... Je ne sais pas si on peut balancer la faute aux hormones de grossesse mais je ne peux plus me l'encadrer cette miette, ni son pote le mouton de poussière qui ressort dès que j'ai rangé l'aspirateur.

Je me suis habituée à beaucoup de choses avec deux jeunes enfants : avoir des tee-shirts jamais complètement propres, ne plus dormir (période post naissance Trognesque), ne plus avoir de temps libre avant 21h, devoir me planquer pour avaler un curly ou une fraise tagada, m'enfermer dans les WC pour passer un coup de téléphone normal, sortir de la douche sans m'être rincée parce que j'entend des hurlements suspects, manger froid, lire 50 fois la même histoire,...

Mais il y  a un truc auquel je ne me fais pas : le ménage. Et son acolyte indissociable : le rangement. Je ne suis pas une accro à la propreté, je ne rêve pas de robinets qui brillent comme dans les pubs et je ne m'endors pas  avec mon aspirateur au pied du lit. Mais je trouve NORMAL d'avoir le droit de vivre dans une maison PRESQUE PROPRE et PRESQUE RANGÉE. J'entend par là que j'apprécierais beaucoup ne pas me transpercer la plante des pieds sur un dinosaure en plastique tous les trois pas, pouvoir prendre un bain dans une baignoire où on ne voit pas sur tout le pourtour la hauteur d'eau du dernier bain des enfants, réussir à me regarder dans un miroir sans avoir à cligner de l'œil pour m'apercevoir à travers les constellations de tâches de dentifrice, me laver les mains dans un évier au fond duquel ne moisissent pas les restes du dernier repas, m'asseoir au dessus d'une cuvette des WC qui ne ressemble pas à celle d'une aire d'autoroute un samedi de départ en vacances au mois d'août.

Je ne crois pas en demander trop... Et pourtant. C'est un combat quotidien et acharné pour arriver à garder cette maison à un niveau de salubrité suffisant pour que la DASS ne me retire pas le droit de garde des enfants. Il faut dire qu'ils se sont tous ligués contre moi dans cette maison.

A commencer par Cromagnon. J'en avais parlé il y a plus d'un an dans le mode d'emploi du Cromagnon familial : il est doté d'une capacité d'attention défectueuse à l'égard des tâches ménagères. Mais je crois que le fond du problème vient du faire que le Cromagnon et moi avons un seuil de tolérance différent concernant l'hygiène domestique... La cuvette des WC façon AREA, la tranche de jambon moisie dans le fond du frigo, l'élevage bactériologique sur l'éponge jamais rincée et qui sert indifféremment à faire la vaisselle ou à nettoyer le sol (voire pire), les miettes qui croustillent sous les pieds... Je crois que tout ça ne le dérange pas !

restes fond évier
Tiens, Cromagnon a fait la vaisselle...!

Quand à Cracotte et Trognon, ils ont le don de téléportation... Sinon comment expliquer qu'ils puissent déranger plus vite que je range (et je suis pourtant rapide) ? C'est désormais une certitude, quand j'ai le dos tourné, ils se dédoublent, se multiplient, forment une armée, se répartissent dans toutes les pièces et entreprennent de mettre à sac la maison...

enfant qui soulève son matelas
Le moment où j'ai eu envie de pleurer...

Avec le temps et comme je n'arrive décidément pas à trouver mon épanouissement dans le ménage familial, j'ai trouvé quelques astuces pour alléger le quotidien. Je suis partageuse alors je veux bien vous les refiler...

MA LISTE D'ASTUCES MÉNAGE :

(je sais, ça vend du rêve)

  • Je ne repasse plus les chemises de Cromagnon. Du coup, il met beaucoup plus souvent des pulls... (je ne repasse plus rien en fait, on porte du froissé et on s'en porte bien !)

repassage à la main
Repassage à la main :
 rapide, économique et écologique !

  • Je tolère le sac de rugby sale dans la maison 48h. Passé ce délai, le sac rejoint la garage et disparaît de mon champ de vision.

sac de rugby sale
Le sac de rugby banni avec pêle-mêle les
 chaussures pleines de terre et la serviette mouillée...!

  • J'investis dans des boîtes. Tout le temps. J'adore les boîtes. Offrez moi des boîtes ! Ça camoufle tout !

boîtes de rangement
Trop de boîtes tue la boîte ?

jolies boîtes de rangement
(oui, j'ai fais un shooting photo pour mes boîtes !)

  • Je nourris les enfants à la paille ! Quand je veux m'éviter le ramassage de miettes post repas, je leur sers une soupe dans un verre avec une paille et en dessert une gourde de compote. (non, n'appelez pas le samu, je vais bien).
  •  Je range souvent. Sinon le bazar appelle le bazar et tout le monde croit que c'est la fête... Si je relâche la pression, en 2 jours, la maison ressemble à la Nouvelle-Orléans après le passage de Katrina.
  • Je laisse des espaces de créativité à Cromagnon. Le garage est ainsi devenu une no-go-zone dans laquelle je n'entre plus et où il laisse déborder son imagination. On ne peut plus y faire un pas, mais je crois qu'il est heureux comme ça.

porte du garage
Mais qu'est ce qui se cache derrière la porte ?

garage en bazar
AHHHHHHHHHHH (attaque cardiaque !)

  • Je ne plie plus les vêtements cromagnonesques abandonnés un peu partout dans la maison. Je ramasse sans trier le propre du sale et je fourre en boule dans son armoire. Ça va plus vite et il ne voit pas la différence !
  • J'ai abaissé mon propre seuil de tolérance et affiché dans le couloir la phrase suivante : "sorry for the mess, but we live here". Je fais des efforts pour que Cromagnon ne m'appelle plus Monica et j'ai définitivement abandonné l'idée de vivre dans une maison témoin.


  • Je suis sûre que l'arrivée dans ma vie d'un sèche-linge et d'un aspirateur sans fil changeront ma vie... (non je ne suis pas encore abonnée à 30 millions d'amis et je ne regarde pas Derrick tous les après-midi).

sèche linge Bosh et aspirateur Rowenta
"I have a dream... "
(je cite M. Luther King si je veux, c'est aussi un blog culturel, si si...)


  • J'apprend aux enfants à ranger. Je répète en boucle qu'avant de sortir un nouveau jeu, on range celui qu'on vient d'utiliser. Ça ne marche pas, mais je ne m'avoue pas encore vaincue.

bazar chambre
Bon, ça marche pas encore super bien...

  • Je relativise et je calcule le temps que prend le ménage et ce que je pourrais en faire à la place (comme écrire des articles de blog qui ne servent à rien). J'ai des priorités dans la vie (comme écrire des articles de blog qui ne servent à rien) et j'essaie de leur consacrer du temps. 
  • Je fais toujours un peu plus de ménage quand on a des invités mais j'essaie de ne plus avoir honte quand ils se demandent si on a subi un attentat à la sauce tomate dans le micro-ondes ou si un troupeau d'éléphants a récemment utilisé les cabinets. Je prépare des draps et des serviettes propres et pour le reste, je mise sur la convivialité !

micro-ondes sale
Fukushima dans mon micro-ondes...

  • -...
Je suis sûre qu'il y a beaucoup d'autres astuces à mettre en œuvre. Comme gagner au loto et employer une femme de ménage, ne pas avoir d'enfants (comment ça on ne pas les rendre ?), envoyer Cromagnon en stage commando chez M. Propre...  En attendant de mettre à exécution ces solutions miracles, si vous avez quelques idées supplémentaires avant que j'enfante un troisième mini Babyole-Bordélique , merci de m'en faire part... Je vous serais éternellement reconnaissante.


P.S : A l'intention exclusive de Cromagnon : je sais que tu fais un tas de trucs à la maison (comme tondre le terrain vague 3 fois dans l'été, la cuisine, le suivi des actualités sportives pour le compte de la famille, le bricolage, le barbecue, les paperasses de la CAF et... euh, des tas de trucs quoi) ! Ne t'inquiète pas, je t'aime presque  comme tu es.

homme aspirateur
La preuve qu'il sait faire...!

Et sinon sur Internet, il y a des sites ou des articles consacrés au rangement... Si si , truc de dingue !
- On range tout (le site qui me fait rêver)
- Home et Garden (avec de magnifiques photos de rangement)
- Femmes débordées (le site de référence mais avec un nom de domaine et des illustrations bien misogynes !)
- Les mamans testent (des astuces drôles spéciales familles nombreuses)

vendredi 13 mars 2015

Zoo de Beauval avec des enfants

Conseils de survie




En 3 ans, j'ai visité 5 fois le Zoo de Beauval. Oui... 5 fois. Vous pouvez tout à fait penser que je suis cinglée, parce que... je le suis.

En 5 visites, je pense avoir fait le tour du sujet et être à même de déjouer les 5 pièges du débutant ou de vous présenter le TOP 5 des enfants BABYOLES. Je ne dirais pas que je suis experte, mais bon, j'ai quand même détenu par le passé LE Pass Annuel...  J'estime donc que ça m'octroie le droit de la ramener un peu...

LES PIÈGES DE BEAUVAL


PIÈGE NUMÉRO 1  : Annoncer trop tôt la visite au Zoo.                                                                Ici le mot "zoo" rend Trognon hystérique et si je veux éviter de lui provoquer de l'hypertension à seulement 4 ans et demi, j'essaie de gérer le timing. Mais faire une annonce anticipée a aussi ses avantages car la formule magique "sinon on va pas au zoo" marche aussi bien que la menace Père-Noël en décembre... A vous de voir en fonction des antécédents cardiaques familiaux...


plaine africaine zoo beauval


PIÈGE NUMÉRO 2 : Se rendre au zoo un dimanche ensoleillé de vacances scolaires.
Beauval est bien conçu, c'est un peu le Disneyland des animaux sauvages (avec Mickey en moins).  Les allées sont larges, arborées, il y plein de bancs, de WC, de points de restauration... Les cages vitrées permettent à tout le monde de regarder les animaux évoluer dormir. Mais quand même, si on ne veut pas avoir l'air soi-même d'un animal en cage, il vaut mieux viser la basse saison... Nous allons toujours à Beauval en automne ou au printemps, jamais en plein été. Question d'espace vital...

girages reproduction beauval
Et en +, au printemps, on peut en profiter pour expliquer la reproduction aux enfants !

PIÈGE NUMÉRO 3 : Vouloir voir tous les animaux (soit 5700 bestioles de 600 espèces différentes)

panda beauval
(oui, j'ai lu le prospectus). Le zoo est grand, très grand. Et les gnomes fatiguent vite. Il y a fort à parier que malgré toutes vos précautions vous n'échapperez pas à la crise "ze suis fatigué, ze peux plus marcher"... Mais autant s'épargner un tractage de mouflet dès la première moitié de la visite. Faites des pauses, souvent. Et sacrifiez quelques animaux. Demandez dès le début aux enfants quels sont leurs bestioles préférées et éliminez en fonction certaines parties du zoo. Nous on squeeze souvent les asiatiques (et ça n'a rien de personnel). Parce que les pandas, bien que supers stars de Beauval sont tout le temps en train de pioncer et que la zone est vraiment loin du cœur du zoo (en +, ça monte... ).


PIÈGE NUMÉRO 4 : S'aventurer au zoo sans poussette. 


poussette beauval
Trogon qui squatte la poussette...
Quand ils sont petits, la poussette, c'est l'objet que l'on n'oublie jamais. Pas le choix puisque leurs petites gambettes ne leur servent pas à grand chose d'autre qu'à pédaler dans le vide. Pourtant passée la marche en canard des premiers pas, on a tendance à se lancer des défis de dingue et à zapper la poussette mais Beauval, c'est 30 hectares à parcourir en une journée... Alors pour les plus jeunes, on ne la zappe pas... Attendez-vous néanmoins à les enlever et les remettre 40 fois dans leur charrette de luxe pour leur permettre d'admirer au mieux les bestioles depuis vos bras bienveillants. Sachez aussi qu'elle se transformera vite en chariot à manteau qui bascule en arrière dès que vous enlevez le môme contrepoids. Ca fait partie du jeu. Elle sera aussi jalousée par les plus grands...Lors de ma dernière visite, j'ai eu du mal à en déloger Trognon qui avait décidé de squatter malgré ses 4 ans et demi et ses jambes d'athlète. Pour la petite anecdote, j'ai fini par l'abandonner à côté de la cage des serpents en train d'hurler dans la poussette qu'il ne voulait pas quitter et à m'éclipser (en le surveillant de loin, je ne suis pas complètement indigne!). En 5 minutes, un petit attroupement s'était formé autour de lui (il faisait même sérieusement concurrence aux pauvres serpents qui n'avaient rien demandé). Je l'ai laissé mariner un peu et puis je suis venue le récupérer parce que les gens commençaient vraiment à se demander à qui était ce petit garçon oublié à côté des serpents. Je suis passée pour une very #Bad Mother mais il n'a plus réclamé la poussette de la journée....

PIÈGE NUMÉRO 5 : Entrer dans l'une des DEUX boutiques souvenirs. 

Trop de monde, trop de choses, trop cher. J'ai beau être avertie, on récidive trop souvent... C'est LE piège le plus dangereux car les boutiques sont très attractives avec de belles vitrines et forcément, on passe devant juste avant de quitter le parc.

Après ces mises en garde, je vous lire le top 5 des enfants Babyoles, nos incontournables à nous :

TOP 5 des enfants Babyoles au ZooParc de Beauval


1. LE BASSIN DES MANCHOTS

C'est toujours autour du bassin des manchots que Trognon s'extasie en arrivant au Zoo. Pour sa première fois, Cracotte est aussi entrée en transe devant le balai des manchots dans l'eau. Elle a fait comme les milliers d'autres enfants avant elle et frappé la vitre du bassin de sa petite main poisseuse à chaque passage de manchot avec un sourire béat. Le lieu propose un autre point stratégique pour Trognon : les deux petites fontaines qui déversent de l'eau sur les côtés du bassin... Allez savoir pourquoi, ca le fascine autant que les éléphants ou les lions blancs. Plus petit, il s'enthousiasmait également à propos des petits cours d'eau qui parcourent le parc (ça fait quand même cher la visite, le cours d'eau).

manchot beauval

bassin des manchots beauval

2. LES CHIMPANZES ET LES ORANGS-OUTANS

Favori Number One des enfants et des parents Babyoles. C'est fou comme ces animaux nous ressemblent. Il y a un côté légèrement perturbant à avoir l'impression d'observer Cromagnon au naturel derrière les vitres en plexi. Les singes sont habitués aux visiteurs et viennent souvent les observer de près. Les échanges de regard sont assez déstabilisants et on sent bien que peu de chose nous sépare de nos cousins poilus. Quand aux enfants, ils se marrent systématiquement en regardant les jeunes primates se chamailler. A noter : éviter d'y aller à l'heure de la sieste. Un orang-outan qui somnole, c'est nettement moins rigolo.


chimpanzé beauval
Mignon mignon bébé chimpanzé

bébé orang-outan beauval
Un petit air à Trognon...!

3. LES SURICATES

suricates beauvalCes petites bestioles ne paient pas de mine et pourtant, elles ont obtenu l'agrément des enfants Babyoles. Cracotte surtout a été subjuguée et a squatté devant leur vitre pendant un long moment. Je pense que la posture "assis sur les fesses" des suricates lui a fait pensé qu'ils étaient ses proches parents.  En tout cas, elle a même fait du déplacement latéral, en position debout, le long de leur cage.

Je songe maintenant sérieusement à me procurer un suricate en animal de compagnie pour la stimuler dans l'acquisition de la marche.


suricate dressé beauval

4. LES SCULPTURES EN BOIS DES ANIMAUX


statues éléphant beauvalIls ne sont pas mentionnés sur les brochures, mais mes deux gnomes adorent ces grosses sculptures en bois disséminées dans le zoo (ceci dit, mes enfants ne sont pas forcément une référence, je vous l'accorde). Leurs préférées : les singes aux grosses narines dans lesquelles ont peut enfoncer des doigts (trop drôle donc...), le lion sur la tête duquel on s'autorise à grimper (pas sûr que ça soit autorisé), la famille d'éléphants qu'on peut chevaucher pour faire de chouettes photos pas kitchs pour un sou...


scultpure singe beauvalscultpure lion beauvalscultpure singe beauval


5. LE PIQUE-NIQUE ET/OU LE GOÛTER

Je suis obligée de l'évoquer parce que c'est quand même LE moment fort de la journée. Ils auront beau avoir admiré en deux heures de temps une trentaine d'animaux des quatre coins de la planète, rien ne les mettra tant en joie qu'un paquet de chips ou une pomm'pote sortie du sac à dos.
De toute façon, la bouffe est un incontournable de toutes les sorties : les gnomes sont comme le Cromagnon, il faut les nourrir à intervalles réguliers. A Beauval, le pique-nique n'est pas autorisé à l'intérieur et pour cause de porte-monnaie étriqué, nous évitons toujours les restos du zoo. Nous ressortons donc systématiquement entre midi et deux pour gagner l'aire de pique-nique. Celle-ci étant idéalement située à côté du parking, nous pouvons déguster nos délicieux sandwichs sur les tables en bois graisseuses avec une vue imprenable sur les centaines de véhicules des visiteurs. Pour l'ambiance, pas de panique, il y a toujours  une colonie ou un centre de vacances sur une table voisine qui se charge du volume sonore. Mais les enfants sont contents, ils peuvent enfin faire péter les chips qu'ils avaient commencé à réclamer dès les cinq premières minutes de la visite.

tigre beauval

rhinocéros beauval

beauval

câlin beauval koalas

girafe beauval

éléphant beauval

Je terminerais en précisant que Beauval a été élu Numéro 1 des zoos de France par les utilisateurs de Trip Advisor et parmi les 15 plus beaux zoos du monde... Ça vaut ce que ça vaut mais c'est aussi  c'est l'un des trois lieux favoris sur la planète de Trognon (après le Train des Cévennes, mais avant le Parc Floral d'Orléans la Source).


Moi, j'ai fait ma B.A 2015 mais pour ceux qui sont intéressés et pas rebutés par le tarif un poil prohibitif du ticket d'entrée, toutes les infos pratiques sont disponibles sur le site internet de Beauval.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...