mercredi 26 août 2015

A mes 30 ans !

 Voilà, ça y est. J'y suis, j'ai atteint l'âge où l'on fait des crises de dizaines. La crise de la trentaine avant la quarantaine et toutes les taines qui suivent.  30 ans, l'âge de raison après la folle jeunesse des vingt ans. Le prêt immobilier, les enfants, le jardin et les nuits en formule 1 parce quand même, il y a trop de bruit en auberge de jeunesse.

30 ans et le premier regard dans le rétroviseur, les kilomètres au compteur, une route sur laquelle on ne peut plus si facilement bifurquer. Les premiers cheveux blancs, cachés et esseulés, mais blancs, tout de même. Blancs, putain.

30 ans et des souvenirs vintage, des trucs que les plus jeunes n'ont pas connu, des noms de bars qui n'existent plus, des photos d'enfance cornées, des visages oubliés, des copains d'avant dont on se demande ce qu'ils sont devenus.

Je ne savais pas vraiment comment j'allais négocier le virage, moi la nostalgique mélancolique pathétique. Je m'étais dis que ça allait sûrement me mettre une belle claque dans la tronche. J'ai repensé aux soirées endiablées des années étudiantes, aux erreurs accumulées, aux délires obsolètes, aux excès du passé, aux fous rires partagés.

Que penserait de moi la fille de mes 20 ans, celle qui ne voulait pas d'enfants, pas d'attaches, sauver le monde et prendre plus d'avions que de respirations.

Et puis je me suis dis que je m'en foutais parce que je l'aime bien ma vie de maintenant. Mon Cromagnon, mes trois enfants et mon manque de temps, mes tasses de thé et mon petit rosé des soirs d'été.

J'ai 30 ans et des amitiés tenaces, sincères, celles qui ont traversées les années et qui connaissent les routes cabossées que j'ai parfois emprunté. J'ai 30 ans, des souvenirs secrets, des moments oubliés dont j'aimerais me rappeler et des souvenirs que je préférerais oublier mais qui restent là et tant pis, ils font de moi ce que je suis aujourd'hui.

J'ai 30 ans et rien ne s'est passé comme je l'avais imaginé.

A 10 ans, je voulais devenir fermière et adopter des enfants à la D.A.S.S avec mon amie d'enfance.

A 20 ans, je voulais devenir reporter de guerre, journaliste, humanitaire.

A 30 ans, je ne souhaite rien, j'ai déjà tout.

Un Cromagnon comme fil d'Arianne, trois enfants et de belles personnes aux quatre coins cardinaux de ma folle boussole. Des rêves plein la tête et des gens avec qui les réaliser.

J'ai 30 ans et je m'en fous, j'ai l'éternité des dix prochaines années à mes pieds.




2 commentaires:

Toujours un plaisir de vous lire...!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...