mercredi 18 novembre 2015

Lettre aux méchants

Chers Méchants,

Je  ne vais pas citer vos noms ou vos tristes acronymes parce que vous n'avez pas besoin d'une nouvelle tribune pour répandre votre venin stérile.

Je n'ai pas vraiment envie de vous parler non plus, mais je tenais tout de même à vous remercier.

Il y a encore quelques jours, pour défendre les droits de l'Homme, pour se dresser en héros du peuple, il fallait militer, s'engager, combattre, revendiquer.  Aujourd'hui, il n'y a plus qu'à picoler, faire l'amour, mettre des jupes trop courtes, fumer et danser. Et tout ça, je dois l'avouer, c'est nettement plus à ma portée.  Je vais pouvoir trinquer "à la Liberté", boire un verre de trop pour la santé de l'humanité.

Merci, grâce à vous, je suis devenue une militante de la terrasse de café, une dilettante au service de la Liberté.

Chers méchants,

Je ne suis pas de ceux qui n'ont pas peur. Vous me faites peur parce que votre bêtise n'a d'égal que votre fanatisme. Vous me faites peur parce que nous aimons la vie comme vous aimez la mort. Vous me faites peur parce que je sais que vous allez recommencer. Encore et encore. Je sais qu'il y aura d'autres jours noirs et que nous pleurerons encore nos morts.

Vous me faites peur, mais ça n'est pas le plus important. Ce qui compte et ce qui comptera toujours, c'est que mon fils ce matin m'a dit qu'il m'aimait fort, que j'ai fait de la purée pour le déjeuner et qu'ils ont trouvé que c'était le meilleur repas de l'année. Qu'on s'est fait des chatouilles et des bisous dans le cou, qu'on a rit et qu'on vous a dit fuck you.  Il y a du bonheur et de l'amour sur cette planète à chaque seconde qui passe et tant mieux si ça vous déplaît. Nous n'avons pas besoin de votre Captagon pour triper, pour baiser, pour exister.  

Vous voyez, vous ne pourrez pas arrêter la marche de l'humanité parce qu'on est des milliers à vivre et à s'aimer. Vous êtes déjà dépassés, votre crépuscule a commencé. Parce que c'est ce que le sens de l'Histoire. Parce qu'on ne peut pas marcher à l'envers sans trébucher.

C'est vrai, mea culpa, vous et moi et tous les autres, chacun à notre manière, on a sacrément pourri l'avenir de nos enfants, on a joué avec la planète comme avec un vieux ballon crevé, on a grave merdé, on s'est fracturé, on s'est replié, on a manqué de respect à l'humanité.

Mais on va se rattraper. On va vivre comme on a jamais vécu. On va se marrer et festoyer, et nos rires vous insulteront, et notre vie effacera vos ombres sans âmes. On va s'aimer, on va transformer notre quotidien en une orgie de libertés. On va refuser de vous écouter, on va refuser de se diviser.

Tremblez les méchants parce que l'Histoire vous a déjà oublié.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Toujours un plaisir de vous lire...!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...